La mobilisation contre les déchets nucléaires gagne du terrain

Durée de lecture : 1 minute

17 juillet 2009 / CEDRA

Début juin 2008 : l’Andra appâte 3115 maires (répartis sur 20 départements) pour incruster une nouvelle poubelle nucléaire.

Mi-janvier 2009 : le gouvernement doit annoncer 2 ou 3 communes, parmi la petite quarantaine de municipalités candidates, pour ensuite n’en retenir qu’une. Les oppositions locales et régionales se multiplient. Des candidats se retirent, le gouvernement fait le mort.

24 juin 2009 : annonce des 2 communes définitives qui restent dans les filets des enfouisseurs : Pars-lès-Chavanges et Auxon, toutes les 2 dans l’AUBE. Réactions des plus vives dans les secteurs concernés.

Samedi 4 juillet : face à la détermination de la population et des élus du secteur, la municipalité de PARS-LES-CHAVANGES retire sa candidature.

Vendredi 10 juillet : face à la détermination de la population et des élus du secteur, 14 élus de AUXON sur 15 (maire absent) , à l’issue d’une « réunion privée » annoncent qu’ils demandent au maire une réunion extraordinaire du Conseil pour retirer la candidature de la commune.

>>>> malgré les appâts financiers, malgré la pression des « grands élus » locaux (député, Conseil général), malgré la convocation des élus municipaux en préfecture >>>

ANDRA et ETAT se retrouvent le bec dans l’eau comme jamais !
BIEN ENTENDU la mobilisation reste de mise car les fossoyeurs vont remettre le couvert


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Pour en savoir plus :www.burestop.org

Autres infos sur : http://www.villesurterre.com/index....

20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »