La pièce « Comment te dire », à Paris

Le mercredi
8
novembre
au dimanche
19
novembre




Comment te dire
au Théâtre de Belleville (Paris)
du 8 au 19 novembre
(mercredi au samedi à 19h15 et le dimanche à 15h)

COMMENT TE DIRE
un quintet qui questionne l’engagement et la parole collective

sur fond de dérision burlesque

5 personnes - 2 batteries - 1 spectacle

Armés de leurs batteries et de leur grande détermination, ils sont cinq et viennent dénoncer le système bancal dans lequel ils vivent.
Bien décidés à crier au monde leur indignation, mais emportés par un enthousiasme débordant, ils sont pris dans la zizanie de leurs contradictions, oscillant entre les personnages qu’ils jouent et les personnes qu’ils sont dans la vraie vie. Voici un florilège de séquences édifiantes qui vont bouleverser notre vision des choses !

Passant d’un humour réaliste et grinçant à un absurde clownesque, ce quintet désordinaire nous emmène dans un spectacle à la forme et au rythme déjantés !

Il y a quelque chose à clamer ! Mais ... comment te dire ...

  • Réserver : directement au théâtre : 01 48 06 72 34 / reservations@theatredebelleville.com ou en ligne



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Vous aussi, vous souhaitez publier un événement à l’agenda de Reporterre ?

Rien de plus simple : envoyez un courriel à planete [arobase] reporterre.net sans oublier les éléments suivants :

  • dans l’objet du message, précisez [AGENDA] ainsi que la date et le nom de l’événement ;
  • fournissez-nous un texte dans un format texte (.doc ; .odt ; .txt...) de présentation de l’événement d’environ 1000 caractères sans oublier le nom, la date, l’heure, le lieu de l’événement et un lien vers un site internet et/ou une page Facebook ;
  • fournissez-nous une affiche (format .jpg) d’au moins 700 pixels de large si l’image est horizontale, ou 500 pixels de haut si elle est verticale.

À bientôt sur Reporterre

La rédaction

18 novembre 2017
Fin de la COP 23 : la planète brûle, les diplomates tournent en rond
Info
18 novembre 2017
La chasse nuit à la biodiversité, démontre un naturaliste
Reportage
17 novembre 2017
Et si, en 2017, le summum du modernisme était d’être décroissant écologiste ?
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre