La plus grande centrale solaire flottante du monde ouvre au Japon

19 juillet 2013 / Enerzine


Alors que le Japon reste durablement marqué par l’accident nucléaire de Fukushima, Ciel et Terre, une PME française, annonce avoir finalisé la conception et la réalisation de la plus grande centrale photovoltaïque flottante au monde de plus de 1 MW.

La centrale, installée sur un bassin d’irrigation de trois hectares, dans la banlieue de Tokyo, à Okégawa, a été construite en partenariat avec l’investisseur West Holdings.

Alors que l’espace reste rare pour construire des grandes centrales au sol, on y trouve par contre, selon la société française, « des milliers de lacs d’irrigation et autres retenues d’eau adaptés aux centrales flottantes ». Avec cette réalisation, Ciel et Terre apporte une technologie brevetée (Hydrelio, fiable, garantie 20 ans et capable de résister aux vents des typhons). Toujours selon Ciel et Terre, la solution proposée reste « très économique », et « compétitive par rapport aux centrales au sol, sur des terrains chers et soumis aux tremblements de terre. »

Les flotteurs en PEHD (polyéthylène à haute densité) composant les iles solaires (5.000 modules) ont été fabriqués en France, en Corrèze, et expédiés au Japon.

La filiale de Ciel et Terre au Japon indique développer actuellement de nombreux autres projets de centrales flottantes dans l’archipel, avec pour objectif de développer 1 000 MW dans les cinq ans à venir. Conséquence immédiate : la direction commerciale de Ciel et Terre International va s’installer dès ce mois-ci au Japon pour couvrir l’Asie et le monde.

En France, Ciel et Terre s’est efforcée - en vain - de faire reconnaître par les ministères concernés l’intérêt spécifique de cette technologie qui ne consomme pas d’espace agricole, dans le cadre des appels d’offres CRE [commission de régulation de l’énergie]. Mais comme le rappelle la PME, « nul n’est prophète en son pays ». La France compte en effet de très nombreux plans d’eau adaptés, notamment les lacs de carrière, où au moins 2 000 MW pourraient être installés.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : Enerzine

Ecouter par ailleurs : Où en est l’énergie solaire ?

16 juillet 2018
Un regard écologiste sur les Rencontres de la photographie d’Arles
À découvrir
17 juillet 2018
Le lynx des Balkans, plus grand félin d’Europe, a besoin de protection
Reportage
16 juillet 2018
Vous êtes formidables !
Édito


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Enerzine