La sécheresse s’étend en Europe

Durée de lecture : 2 minutes

28 mars 2012 / lefigaro.fr


Il a fait trop sec en Europe du Sud. Notamment au Portugal, où le mois de février a été le plus sec en 80 ans, et en Espagne. « Les perturbations ne passent plus. (...) On assiste à une recrudescence des incendies de forêt et les cours d’eau connaissent des débits jusqu’à 80% inférieurs à la normale », notait récemment La Chaîne Météo. « Aucune amélioration, ou retour véritable de la pluie, n’est prévue », s’inquiète-t-on, car la sécheresse pourrait donner lieu « à des récoltes catastrophiques. »

Le Portugal frappe déjà à la porte de la Commission européenne, qui va anticiper le paiement de l’aide en faveur des agriculteurs. En Espagne, où l’hiver - le plus sec depuis 1940 - a causé des dégâts sur ses cultures céréalières, aggravant la pénurie d’alimentation des animaux, on a aussi formulé une telle demande. Ainsi, Bruxelles devrait verser 5,5 milliards d’euros à l’Espagne « aussitôt que possible ». D’autres pays, comme la Grèce, Chypre, mais aussi le Royaume-Uni, s’inquiètent de la sécheresse.

En France également, la situation est inquiétante. Après une année 2011 déjà historiquement chaude avec un printemps presque estival, 2012 s’annonce encore doux... et trop sec. Dans certaines zones près de la Méditerranée, il n’a pas plu une goutte depuis le début de l’année, le grand froid de février ayant empêché les précipitations. Les nappes phréatiques ne sont pas rechargées. Selon le Bureau de recherches géologiques et minières, le déficit 2012 est le plus remarquable depuis 1959. Pour l’Union des petits agriculteurs, il va encore manquer d’herbe en 2012. On devra alors nourrir le bétail avec du fourrage et du grain, ce qui devrait alourdir les coûts de production de 20%. L’année dernière, la sécheresse agricole a déjà coûté 241,7 millions d’euros.

Le Maroc sévèrement touché

La sécheresse touche particulièrement le bassin méditerranéen. Au Maroc, elle devrait plomber l’économie de 1 à 2 points de PIB : l’agriculture pèse pour 16,6% du PIB marocain et emploie 45% de la population. Le Maroc pourrait importer un volume record de blé pour 2012-2013, soit 5 millions de tonnes, un record depuis cinquante ans. Et ne plus produire que 2,3 millions de tonnes, contre 6 millions l’année dernière.

Plus au sud, en Mauritanie, le Programme alimentaire mondial a tiré la sonnette d’alarme. La sécheresse est dramatique : « Le nombre de personnes vivant dans l’insécurité alimentaire pourrait grimper jusqu’à 900.000, soit le quart de la population », prévient l’ONU, à cause notamment d’une chute de moitié de la production céréalière.

Par ailleurs, au Texas (États-Unis), les pertes agricoles atteignent des records : selon Agrilife, elles s’élèvent à 7,6 milliards de dollars (dont 2,2 milliards pour la seule filière coton), soit deux fois plus que celles enregistrées en 2006 pendant la pire période de sécheresse.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : lefigaro.fr

Lire aussi : L’Angleterre se prépare à la pire sécheresse depuis 35 ans

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien




Du même auteur       lefigaro.fr