La surexploitation des ressources naturelles s’accélère

Durée de lecture : 3 minutes

6 février 2011 / Geo

La quantité de ressources naturelles extraites dans le monde s’élève à près de 60 milliards de tonnes par an, soit 50% de plus qu’à la fin des années 1970.


La surconsommation entraîne dans les pays industrialisés une surexploitation de ressources naturelles (eau, produits agricoles, minerais, énergie…) souvent importées d’autres pays, selon un rapport publié par les Amis de la Terre.

- Le premier Forum Mondial sur les Ressources (FMR) s’est tenu à Davos, en Suisse, les 15 et 16 septembre.
- Intitulé « Overconsumption ? Our use of the world’s natural resources », le rapport des Amis de la Terre a été réalisé en collaboration avec l’Institut de recherche SERI (Sustainable Europe Research Institute).

Le rapport

- L’extraction des ressources toujours plus importante
La quantité de ressources naturelles extraites dans le monde pour produire des biens et des services ne cesse d’augmenter. Elle s’élève aujourd’hui à environ 60 milliards de tonnes par an, soit 50% de plus par rapport à la fin des années 1970.
C’est en Asie qu’a lieu la plus grande part de l’extraction de ressources naturelles (44% du total), loin devant l’Amérique du Nord (20%), l’Europe (13%) et l’Amérique latine (13%).

- Une consommation inégale selon les régions
Plus les années passent, plus le déséquilibre entre les modes de consommation des pays riches et pauvres s’intensifie. Aujourd’hui, les populations des pays riches consomment en moyenne 10 fois plus de ressources naturelles par habitant que celles des pays pauvres.
La palme du continent le plus gourmand en ressources revient à l’Océanie, où un habitant consomme en moyenne 100 kg de ressources naturelles par jour, devant l’Amérique du nord (88 kg/jour), l’Europe (43 kg/jour), l’Amérique latine (34 kg/jour), l’Asie (14 kg/jour) et l’Afrique (10 kg/jour).

Les pays industrialisés ont notamment profité de l’explosion du volume des échanges commerciaux. En 2006, il s’échangeait sur les marchés 60 fois plus de produits manufacturés et sept fois plus de produits agricoles qu’en 1950.

Des chiffres qui traduisent également la dépendance des pays les plus riches aux importations. Un Européen consomme en moyenne 43 kg de ressources naturelles par jour, mais en « produit » seulement 36 kg. Conclusion des Amis de la Terre : « Les Européens ont donc besoin de ressources importées d’autres régions du monde pour maintenir leur niveau de consommation. »

Le débat

L’ONG souligne les impacts écologiques de la surconsommation (déforestation, épuisement des réserves de pétrole, destruction de la biodiversité…), mais également ses conséquences sociales, notamment la violation des droits de l’homme et les conditions de travail indignes en vigueur dans certaines régions d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie.
« Autant de symptômes de sociétés malades qui nous rappellent que le bien-être de tous se construira sur d’autres concepts que la croissance du PIB », assure Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre. L’organisation prône une baisse de la consommation globale de ressources naturelles dans les pays riches pour « donner accès aux pays pauvres à davantage de ces ressources sans mettre en danger la planète, ni retourner à l’âge de pierre ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.geo.fr/environnement/act...

Lire aussi : En Mongolie, l’extraction de terres rares détruit l’environnement

9 avril 2020
L’Afrique de l’Est est envahie par des nuées de criquets pèlerins
Info
8 avril 2020
Coronavirus : aux Pays-Bas, le gouvernement mise sur le « confinement intelligent »
Reportage
9 avril 2020
Contre le virus, les plantes sauvages sont des alliées
Tribune