La veille pour obtenir l’indépendance de l’OMS se poursuit obstinément

Durée de lecture : 2 minutes

15 mai 2012 / Independent WHO



Par un accord conclu en 1959 entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), les deux organismes ont décidé de collaborer. Cela a empêché une évaluation indépendante des conséquences de Tchernobyl. Depuis 2007, des veilleurs se relaient en permanence pour obtenir l’indépendance de l’OMS, et la vérité sur le nucléaire.


C’est une action de vigilance silencieuse pour rappeler à l’Organisation Mondiale de la Santé, ses devoirs. Nous nous référons à Hippocrate qui a institué des règles éthiques pour les praticiens de santé. En ce qui concerne, la protection sanitaire des populations victimes des conséquences de l’industrie nucléaire, l’Organisation Mondiale de la Santé ignore ces règles.

Depuis le 26 avril 2007, les vigies d’Hippocrate se relaient devant le siège de l’OMS à Genève. Elles sont présentes tous les jours ouvrables de 8h00 à 18h00 pour rappeler à cette institution onusienne ses devoirs tels qu’ils sont notamment inscrits dans sa constitution.

Des pancartes présentent les messages que ces vigies adressent à l’OMS :

"Pour l’Indépendance de l’OMS de l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) 1.000.000 d’enfants autour de Tchernobyl irradiés et malades ignorés par l’OMS".

À ce jour, 280 personnes se sont relayées devant le Siège de l’OMS.

Elles viennent de plusieurs pays d’Europe et aussi d’Amérique pour quelques unes. Environ 40 d’entre elles, suisses ou françaises résident dans un rayon de quelques dizaines de kms de Genève. Ce sont elles qui relaient pour les pauses “déjeuners” notamment ou encore pour les pauses “anti-gel” en plein hiver. Pour parer aux imprévus, problèmes de santé, indisponibilité de dernière heure, etc, nous lançons un appel sur une liste que nous nommons “Les irréductibles”.

La vigie s’effectue seul ou en groupe, maximum 3. Les personnes s’engagent soit pour une demi-journée, une journée, plusieurs ou les 5 jours de la semaine. Les vigies sont accueillies à Genève par un réseau “d’hébergeurs” (au nombre de 20). Les frais de nourriture et de transport restent à la charge de la personne-vigie.

L’Assemblée générale des vigies de février 2012 a décidé à l’unanimité la reconduction de la vigie pour une période indéterminée dont la prochaine étape sera l’AG de septembre 2012.






Source : Independent WHO

Lire aussi : Tchernobyl, plus de 16 000 morts

26 octobre 2020
Islamo-gauchisme et capitalo-fascisme
Édito
17 octobre 2020
« Pour éradiquer la pauvreté, il faut donner de l’argent aux pauvres »
Entretien
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien