La veille pour obtenir l’indépendance de l’OMS se poursuit obstinément

15 mai 2012 / Independent WHO

Par un accord conclu en 1959 entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), les deux organismes ont décidé de collaborer. Cela a empêché une évaluation indépendante des conséquences de Tchernobyl. Depuis 2007, des veilleurs se relaient en permanence pour obtenir l’indépendance de l’OMS, et la vérité sur le nucléaire.


C’est une action de vigilance silencieuse pour rappeler à l’Organisation Mondiale de la Santé, ses devoirs. Nous nous référons à Hippocrate qui a institué des règles éthiques pour les praticiens de santé. En ce qui concerne, la protection sanitaire des populations victimes des conséquences de l’industrie nucléaire, l’Organisation Mondiale de la Santé ignore ces règles.

Depuis le 26 avril 2007, les vigies d’Hippocrate se relaient devant le siège de l’OMS à Genève. Elles sont présentes tous les jours ouvrables de 8h00 à 18h00 pour rappeler à cette institution onusienne ses devoirs tels qu’ils sont notamment inscrits dans sa constitution.

Des pancartes présentent les messages que ces vigies adressent à l’OMS :

"Pour l’Indépendance de l’OMS de l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) 1.000.000 d’enfants autour de Tchernobyl irradiés et malades ignorés par l’OMS".

À ce jour, 280 personnes se sont relayées devant le Siège de l’OMS.

Elles viennent de plusieurs pays d’Europe et aussi d’Amérique pour quelques unes. Environ 40 d’entre elles, suisses ou françaises résident dans un rayon de quelques dizaines de kms de Genève. Ce sont elles qui relaient pour les pauses “déjeuners” notamment ou encore pour les pauses “anti-gel” en plein hiver. Pour parer aux imprévus, problèmes de santé, indisponibilité de dernière heure, etc, nous lançons un appel sur une liste que nous nommons “Les irréductibles”.

La vigie s’effectue seul ou en groupe, maximum 3. Les personnes s’engagent soit pour une demi-journée, une journée, plusieurs ou les 5 jours de la semaine. Les vigies sont accueillies à Genève par un réseau “d’hébergeurs” (au nombre de 20). Les frais de nourriture et de transport restent à la charge de la personne-vigie.

L’Assemblée générale des vigies de février 2012 a décidé à l’unanimité la reconduction de la vigie pour une période indéterminée dont la prochaine étape sera l’AG de septembre 2012.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Independent WHO

Lire aussi : Tchernobyl, plus de 16 000 morts

30 janvier 2019
Dans le Diois poussent les champignons de l’autonomie
Chronique
8 février 2019
En secret, la France et l’Inde veulent construire la plus grande centrale nucléaire du monde
Tribune
22 février 2019
Avec la 5G, nous sommes tous des rats de laboratoire
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre