La ville à 30 km/h n’a que des avantages

Durée de lecture : 2 minutes

26 avril 2013 / CarFree


Vous souhaitez voir votre ville passer à 30km/heure mais vous ne savez pas comment vous y prendre pour convaincre les habitants et surtout les élus. Voici un document pédagogique qui vous aidera à convaincre vos interlocuteurs que la ville 30 n’a que des avantages.

La ville à 30 km/heure, ce n’est pas une utopie, mais déjà une réalité dans de nombreuses villes françaises : Fontenay aux Roses, Sceaux, Clamart, Sèvres, Nogent sur Marne, Rungis, Fontainebleau, Bougival, Lorient, Aytré, etc.

Également, plusieurs villes ont le projet de passer en ville 30 : Montreuil (93), Angers (49), Auray (56), Rennes (35)…

Il faut le concéder, le terme de "ville 30" n’est pas forcément très explicite et peut laisser libre cours à toutes les interprétations. D’un autre coté, même une fois le concept expliqué, on ne peut couper aux réactions de comptoir : « mais on va aller moins vite ", « rouler à 30 c’est trop dur ", etc.

C’est pourquoi, l’association ville30.org a eu l’idée de créer un dépliant très pédagogique sur la ville 30. Son objectif est de mettre des images sur le concept : une ville 30 après tout n’est que le résultat de l’aménagement de chaque espace en fonction de ses usages. C’est donc le contraire du tout ou rien que certains croient ou veulent y voir.

Les principaux bénéfices de la ville 30 sont également rappelés (sécurité, convivialité, mobilité, limitation des nuisances, intérêt pour la collectivité, les commerces et les automobilistes). Enfin quelques idées reçues sont remises à leur place et la liste (non exhaustive) des villes 30 existantes et en projet est fournie pour rappeler que la ville 30 n’est pas une utopie mais une réalité.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : CarFree

Photo : Ville 30

Lire aussi : La ville d’Arcachon distribue des vélos‏ aux habitants

13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale




Du même auteur       CarFree