Le climat change trop vite pour les poissons d’eau douce

Durée de lecture : 3 minutes

7 mai 2013 / CNRS


En analysant des données récoltées depuis plus de trente ans à l’échelle de la France, des chercheurs du laboratoire Evolution et Diversité Biologique (CNRS / Université Paul Sabatier / ENFA) apportent de nouvelles informations sur la capacité des poissons d’eau douce à répondre aux changements climatiques récents.

Leurs travaux mettent en évidence des déplacements importants des aires de distribution des espèces, mais d’une ampleur toutefois insuffisante pour faire face aux changements en cours. Ces résultats sont publiés dans la revue Ecography.

En réponse aux changements climatiques récents, des déplacements vers les pôles ou de plus hautes altitudes sont observés chez de nombreux groupes taxonomiques et dans diverses régions du monde. A ce jour, une grande diversité de réponses ont été décrites, suggérant que toutes les espèces ne seraient pas en mesure d’ajuster leur aire de répartition pour suivre les modifications de leur environnent induites par les changements climatiques.

Particulièrement sensibles aux variations environnementales et à l’intégrité écologique de leur habitat, les poissons d’eau douce pourraient être particulièrement affectés par les changements climatiques. Pourtant, peu de travaux avaient jusqu’alors cherché à savoir si les poissons d’eau douce répondaient aux changements climatiques survenus ces dernières décennies par une modification de leur aire de distribution et si ces réponses étaient cohérentes avec l’ampleur des changements observés.

C’est à ces questions qu’a permis de répondre une étude basée sur les données de l’Onema (1), qui décrit depuis plus de trente ans les assemblages de poissons des rivières françaises.

Les résultats de l’étude sont sans équivoque : les espèces de poissons d’eau douce remontent en altitude, mais à des vitesses largement inférieures à la magnitude des changements climatiques. Tandis que les isothermes montrent des remontées moyennes en altitude de 57 m par décade depuis les années 80, les 32 espèces de poissons étudiées ne sont remontées en moyenne que de 13.7 m par décade.

Ainsi, cette étude démontre pour la première fois que les poissons des rivières françaises répondent aux modifications climatiques récentes. Par comparaison avec les données de la littérature, cette réponse est plus forte que chez la plupart des organismes terrestres.

Cependant, les chercheurs soulignent que les déplacements observés sont en retard par rapport aux modifications climatiques décrites sur la période d’étude, suggérant que les espèces de poissons pourraient ne pas être capables de suivre leur niche climatique.

Même si ce résultat n’est pas surprenant au regard d’espèces dont les déplacements sont fortement contraints par la structure des réseaux hydrographiques, le retard accumulé par les poissons d’eau douce pourrait avoir d’importantes répercussions sur leur capacité à faire face aux changements climatiques attendus dans le futur, même si certaines espèces répondent à ces changements de façon imprévisible.

.................................................................

Notes

(1) Office national de l’eau et des milieux aquatiques, l’Onema est l’organisme en charge de la surveillance de l’état des eaux et du fonctionnement écologique des milieux aquatiques en France.

Référence

Do stream fish track climate change ? Assessing distribution shifts in recent decades, Ecography, Lise Comte & Gaël Grenouillet.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Courriel à Reporterre du CNRS

Lire aussi : Le changement climatique va redessiner la carte des vignobles mondiaux

18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir
20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage