Le déclin de l’empire américain

Durée de lecture : 2 minutes

5 septembre 2011 / Roger Kemp


Une grande proportion de la population du Québec et d’ailleurs s’enorgueillit du modèle américain. On s’y réfère toujours pour juger de la valeur d’une pièce de théâtre, d’un film, d’une chanson, d’entrepreneuriat etc. Combien de fois avons-nous été confrontés dans une discussion à ce phénomène de comparaison ? Sachez qu’une rose ne sera jamais une tulipe, pas plus qu’elle ne sera un pissenlit. Une rose est une rose, un point c’est tout. Chacun a son identité propre. Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi cet engouement pour un modèle qui est entrain de s’écrouler. Pourquoi vouloir toujours imiter autrui ? Ce que moi je retiens de ce modèle américain, c’est qu’il vit au-dessus de ses moyens et qu’un jour ou l’autre, il faudra soit rembourser soit déclarer faillite. Le déclin de l’empire américain est commencé.

J’ai lu sur le site de vigile.net un commentaire intéressant de Richard Le Hir sur le sujet. « La crise actuelle, écrivait-il, c’est aussi la fin du modèle américain, et la fin de la possibilité de l’utiliser en guise d’exemple pour détourner les Québécois de toute velléité de prendre en main leurs propres affaires et devenir indépendants. Tout compte fait, cette crise pourrait même avoir du bon pour le Québec dans sa quête de l’indépendance politique. (…)

En effet, dans la conjoncture qui s’annonce, la seule façon de s’en tirer va être de rebâtir le tissu social que quarante ans d’individualisme et de laissez-faire économique ont mis à mal. La reconstruction de ce tissu social repose sur la reconstitution d’une classe moyenne forte en s’appuyant sur les moyens dont seul un État dispose. Ce n’est pas tout-à-fait le langage que nous tiennent ces gens-là. »

« Les AMARICAINS, c’est BIG  » pour parodier une citation dans un film québécois, oui ils sont « big » en voici la preuve. Plus grosse dette mondiale, plus haut taux d’obésité, plus haut taux de dépenses militaires, etc. Et c’est cela le modèle que l’on adule comme des aveugles. Il est temps de se prendre en main tant du point de vue humain que politique. Arrêtons de vouloir ressembler à un monstre.




Source : Courriel à Reporterre

Roger Kemp vit à Trois-Rivières, au Québec. Son blog

Lire aussi : Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas

19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien