Le gaz miracle est super polluant

Durée de lecture : 5 minutes

5 avril 2010 / Hélène Crié-Wiesner

L’exploitation du gaz de schiste produit une très importante pollution. Démonstration aux Appalaches, aux Etats-Unis.


Echange énergie 100% américaine et milliers d’emplois dans région en crise, contre environnement pourri et eau non potable. Tel est le dilemme des Appalaches, qui vivent une incroyable ruée vers l’or gazeux. Economie contre écologie, un choix pas nouveau sous le soleil.

Ce marché de dupe n’est de toute façon pas soumis à référendum. Les millions d’habitants de Pennsylvanie, d’Ohio et de l’Etat de New York ont certes besoin de l’eau qui vient des montagnes, ils ne remettent pas pour autant en question la nécessité d’exploiter les gisements récemment découverts : ils veulent les jobs, et ils veulent que leur pays ne dépende plus des importations de l’étranger.

Résumons l’affaire. La moitié nord-est des Appalaches, vaste comme la Grèce, est un massif schisteux nommé Marcellus Shale. Cette formation contient la majorité des réserves gazières et pétrolières découvertes aux USA ces dernières années.

Les géologues disent que ce champs gazier pourrait être le plus important des Etats-Unis et qu’il serait capable de répondre aux besoins du pays pour au moins deux, voire trois décennies. Ces réserves ont été détectées dans les années 90, mais elles n’étaient pas facilement accessibles à cause de la manière dont elles sont piégées dans la roche.

Injecter de l’eau pour fracturer la roche

Les compagnies de forage ont mis au point une technique adaptée : la fracture -ou fracturation- hydraulique -, dite « fracking ». Des millions de mètres cube d’eau, de sable et d’additifs divers sont pulvérisés dans les puits. Les schistes sont brisés, le gaz est relâché.

Le fracking n’est pas nouveau. Ce qui l’est, c’est sa combinaison avec une nouvelle technique de forage horizontal. La technologie est chère, elle consomme de folles quantités d’eau, mais la production de gaz est également phénoménale.

Que devient l’eau qui a servi à craquer la pierre ? On a vu qu’au départ, elle avait été mélangée à quelques produits chimiques. Lesquels ? Eh bien… nul ne le sait, car les industriels ne sont pas tenus par la loi de divulguer la composition des additifs utilisés pour le fracking. Ah !

Il se trouve qu’en 2005, le Vice-président des Etats-Unis, Dick Cheney, avait spécifiquement fait exempter le fracking des techniques régulées par l’EPA (l’agence de l’environnement), au prétexte que les additifs ne représentaient que 0,5% du fluide total.

L’eau, donc, après être passée au travers des roches et du gaz, est devenue déchet industriel. Elle est maintenant ultra salée, chargée de sulfates, de chlorides et de benzène, un hydrocarbure présent dans le gaz naturel.

Le foreur en récupère une partie, le reste - entre 15% et 40% selon les sites - retourne ou reste dans le milieu naturel. Ce déchet liquide rejoint tout naturellement les aquifères, qui alimentent les rivières.

Des stations d’épuration pas conçues pour ça

Au début de l’exploitation, l’eau récupérée était envoyée vers les stations municipales d’épuration des eaux usées, pour y être pré-traitée avant d’être rejetée en rivière.

Mais ces stations sont conçues pour des eaux usées domestiques, pas pour des déchets industriels liquides. Les traditionnelles filtrations et décantations sur sable laissent passer beaucoup de polluants : les benzènes, à coup sûr, ainsi que les fameux additifs dont on ne connaît pas la composition.

Pour limiter les dégâts, les foreurs ont commencé à recycler la partie de l’eau usée qu’ils parviennent à récupérer. Ils la réinjectent dans les puits pour des nouveaux fracking. Mais cela ne peut résoudre le problème de fond : la pollution progressive des eaux naturelles.

Les polluants se retrouvent dans les rivières. Ces rivières coulent vers l’aval, vers les grandes villes, qui y puisent l’eau qui va être « potabilisée » par une série de traitements censés ôter ce qui est mauvais pour la santé.

Les traiteurs d’eau et les scientifiques, appelés à la rescousse par les écologistes, constatent que l’eau venue des Appalaches présente des traces de benzène de plus en plus importantes. Elle contient aussi des perturbateurs endocriniens qui n’étaient pas là avant l’exploitation du gaz [1].

On veut les jobs, pas la pollution

Tout cela promet des lendemains sanitaires difficiles, car on est aux Etats-Unis, un pays où les citoyens estiment avoir le droit à une eau potable de qualité.

Ces mêmes citoyens qui applaudissent à l’exploitation de ces gisements de gaz vont détester payer les taxes que vont bientôt leur réclamer les pouvoirs publics. En effet, il va falloir investir dans de nouvelles usines de potabilisation, capables d’éliminer les polluants dérivés du fracking.

Ça s’appelle vouloir le beurre sans payer le prix du beurre. Vouloir l’industrialisation sans les défauts de l’industrialisation.

On peut aussi voir les choses avec une perspective radicalement différente : l’autre gros problème des Appalaches - de leur partie sud-ouest cette fois - est l’exploitation du charbon [2]. L’extraction s’y pratique en rasant les montagnes une à une, rien de moins.

Les dégâts sur le paysage sont irréversibles et la pollution induite est effroyable. Bien pire que celle générée pour l’instant par l’exploitation du gaz. En outre, à condition d’y mettre le prix, il est toujours possible de rendre potable une eau polluée. Enfin, la combustion du gaz émet moins de carbone que celle du charbon.

On en revient au constat du début : échangerai peste contre choléra…

Lire aussi : Appalachia gas drilling infects drinking water, kills fish, sur le Huffington Post (en anglais) [3]

.............................................................

Notes :

[1] http://www.emagazine.com/view/?5065

[2] http://www.rue89.com/american-ecolo...

[3] http://www.huffingtonpost.com/2010/...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.rue89.com/american-ecolo...

Lire aussi : Le casse-tête gazier http://www.reporterre.net/spip.php?...

8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage