Le gouvernement français affaiblit la politique européenne d’économies d’énergie

Durée de lecture : 3 minutes

15 avril 2012 / Collectif d’associations



A Bruxelles se discute une importante directive sur l’efficacité énergétique. Mais le gouvernement français tente d’empêcher les progrès en posant des conditions nuisibles.


Alors que la campagne présidentielle détourne l’attention de nos concitoyens des travaux législatifs en cours, les associations de protection de l’environnement, les associations de consommateurs et les associations de promotion de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment souhaitent interpeller le gouvernement sur les opportunités que représente la directive sur l’Efficacité Energétique en préparation à Bruxelles et lui demandent instamment d’adopter une position constructive pour que cette Directive soit ambitieuse.

L’énergie la moins chère et la moins polluante est celle que l’on ne consomme pas. Ce credo, maintes fois répété et agréé en France lors du Grenelle de l’Environnement et plus récemment lors de la table ronde nationale sur l’efficacité énergétique, se voit aujourd’hui offrir une chance de prendre une dimension européenne grâce au projet de directive sur l’efficacité énergétique qui fera à partir du 13 avril l’objet d’une négociation tripartite entre la Commission européenne, les Etats-Membres et le Parlement Européen.

Après l’adoption d’un texte ambitieux par le Parlement européen, les premières prises de position officielles de l’administration française sur le projet suscitent l’étonnement et nombre de leurs demandes inquiètent, comme la suppression du plan de long terme de rénovation de l’ensemble du parc immobilier, l’affaiblissement de l’ambition de développement de la cogénération ou bien encore l’exclusion des collectivités locales de l’obligation de rénovation des bâtiments publics.

De plus, alors que le coût des carburants bat actuellement des records, la demande de ne pas prendre en compte dans l’assiette de calcul des pans entiers de la consommation énergétique française mène à une diminution de 40% des objectifs globaux d’économies d’énergie. La position française actuelle conduirait donc à revoir considérablement à la baisse les ambitions de la Directive proposées par la Commission et le Parlement ; elle apparaît aussi en complet décalage avec les objectifs et exigences fixées dans les lois Grenelle 1 et 2 et avec la volonté affichée par le Gouvernement lors de la concertation nationale fin 2011.

Avec 40% des consommations totales d’énergie en France et en Europe, le secteur du bâtiment représente un enjeu majeur à la fois pour notre indépendance énergétique et dans la lutte contre les changements climatiques. L’efficacité énergétique est une source majeure de création de valeur économique et d’emplois non délocalisables. Elle permettra aux consommateurs, dont le rôle est central, de ne pas subir la hausse endémique du coût de l’énergie en maitrisant leur consommation. Elle permettra enfin de résorber structurellement la précarité énergétique dont l’urgence de traitement a été largement soulignée par le dernier bilan du médiateur de l’énergie.

La campagne électorale doit renforcer l’attention des décideurs sur une directive dont les enjeux sociaux, économiques et environnementaux sont cruciaux pour notre pays. Cette dernière doit également faire partie des préoccupations de tous les candidats puisque elle sera l’un des dossiers à défendre en priorité lors des premiers mois de la nouvelle mandature.
Forte de ses acquis nationaux, la France doit prendre la mesure de ce texte et réaliser qu’elle a plus à gagner qu’à perdre en faisant preuve d’audace et de volontarisme à Bruxelles afin d’aboutir au vote d’une directive efficacité énergétique ambitieuse, pour 2020 mais aussi pour 2050.

.........................

Communiqué de presse commun à :

Que Choisir
Greenpeace
CLER
France Nature Environnement
Fondation pour la Nature & l’Homme
Isolons la terre contre le CO2
Réseau Action Climat France
Effinergie
WWF
Gimélec



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Que choisir

Photo : Terreal

Lire aussi : L’Europe ne fait pas assez d’économies d’énergie

3 juin 2020
« Laissez-nous respirer » : un rassemblement massif dénonce les violences policières en France et aux États-Unis
Reportage
30 mai 2020
La transition c’est trop tard, il faut une politique d’urgence climatique
Tribune
2 juin 2020
Dans les Balkans, bergers et biologistes s’unissent pour sauver les derniers vautours
Reportage