Le gouvernement impose les méga-publicités à Paris

Durée de lecture : 1 minute

18 avril 2012 / Ville de Paris



Un dispositif législatif adopté subrepticement empêche Paris de limiter la taille des méga-affiches publicitaires.


Le gouvernement a glissé dans la Loi Warsmann (loi de simplification du droit du 22 mars 2012) un article modifiant le code de l’environnement et rendant inopérantes les principales avancées du nouveau règlement local de publicité. Ce texte élaboré par la Ville de Paris avec la Préfecture, en concertation avec les professionnels et les associations a été voté par le Conseil de Paris et arrêté par le maire de Paris le 7 juillet 2011.

Ce nouveau règlement prévoit de réduire les dispositifs publicitaires qui
défigurent certains quartiers : suppression des très grands formats type 4 par 3, réduction du nombre de publicités de 30 %.

Avec cette nouvelle disposition, les anciens dispositifs publicitaires pourront
finalement demeurer en place jusqu’au 11 juillet 2017. Le nouveau règlement local de publicité, adopté par la Ville, est donc suspendu pendant six ans, au lieu de deux ans dans la version antérieure du code de l’environnement.

La Ville de Paris juge ce procédé et ce délai inacceptables. C’est de facto un retour en arrière et une négation des compétences des collectivités. Cette loi adoptée avec la procédure d’urgence et contre l’avis du Sénat, est en contradiction flagrante avec l’esprit du Grenelle 2 voté en juillet 2010, dont les décrets n’ont été promulgués qu’en janvier dernier, et en annule aussitôt la portée. C’est un recul manifeste du gouvernement face aux lobbies des publicitaires.

Déterminée pour sa part à pouvoir faire appliquer ses règlements, la Ville
demande au gouvernement de ramener, par décret, le délai de mise en conformité des dispositifs publicitaires à 2 ans.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Ville de Paris

Photo : lefigaro.fr

Ecouter aussi : Pourquoi êtes-vous contre la publicité ?

23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune
23 mai 2020
Une canicule sans précédent au printemps écrase l’est de la Méditerranée
Info
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Enquête