Le gouvernement veut affaiblir la protection de la nature

Durée de lecture : 3 minutes

6 mars 2012 / Frapna

Un rapport officiel propose de remplacer le Conseil national de protection de la nature par une structure aux compétences réduites.


Le CNPN est la seule instance où les associations de protection de la nature peuvent intervenir efficacement au niveau du ministère pour mettre en œuvre les politiques officielles de protection de la nature. La FRAPNA y siège depuis 28 ans. Or le 3 février 2012, un rapport [1] sur la rénovation de la gouvernance en matière de biodiversité a été mis en ligne sur le site du ministère et soumis à consultation publique [2]. Tel qu’il est rédigé, il propose de mettre un terme à l’existence du CNPN.

Le CNPN a été créé en 1946 par décret avec pour mission de préserver la faune et la flore sauvages, et de protéger les habitats. Il est fondamental dans la loi sur la protection de la nature de 1976 et est le garant de sa bonne application. Actuellement, l’avis du CNPN oriente les décisions et constitue une voix forte auprès des organismes chargés de l’aménagement du territoire. C’est la plus haute instance consultative de protection de la nature en France.

Le rapport indique que le dispositif actuel « atteint ses limites » et propose de remplacer le CNPN par une structure, le Conseil Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité (CSPNB), qui voit ses compétences réduites par rapport au rôle actuellement joué par le CNPN. En effet, le champ couvert par la nouvelle instance serait en recul par rapport à tous les décrets qui ont fondé le CNPN : d’une part, seules les commissions flore et faune seraient rattachées à ce nouveau conseil et d’autre part, ses avis libres n’iraient pas directement au ministère mais seraient revus et corrigés par une nouvelle instance : le comité national de la biodiversité.

Il ne s’agit pas de remettre en cause les nécessités de changement dues au fait qu’il y a eu le Grenelle et ses lois d’application qui ont multiplié les comités fonctionnant en parallèle avec de multiples redondances. En revanche, nous nous opposons au fait de créer une structure hybride amputée d’une partie importante de ses compétences : son savoir-faire technique, qui est un rempart nécessaire contre les exactions commises sur la biodiversité.

Ces dernières années on a vu monter l’agacement des grands lobbies ruraux et industriels contre les espaces protégés et les mesures compensatoires aux destructions occasionnées. Aussi on ne doit pas s’étonner si une réforme profonde du CNPN prépare son affaiblissement voire sa disparition. S’attaquer à ce point à l’instance clef de la protection de la nature en France à moins de deux mois d’échéances électorales n’est pas neutre dans le seul pays d’Europe où le poste de ministre de l’environnement est actuellement vacant.

.......................................

Notes :

(1) Rapport du préfet Dominique Schmitt

(2) La consultation publique



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : FRAPNA

Photo : Trelans, en Lozère (Jean-François Salles).

Lire aussi : Ubu président

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info




Du même auteur       Frapna