Le maire PS de Lyon veut exproprier des paysans

Durée de lecture : 2 minutes

23 avril 2012 / Alliance paysans écologistes consom’acteurs

Pour construire un « grand stade » démesuré et coûteux, le maire de Lyon, Gérard Collomb, étiqueté « socialiste », veut expulser des paysans. Une pétition de protestation est lancée et la lutte se renforce.


Pétition contre l’expropriation de paysans dans le cadre du projet de stade à Décines-Charpieu

Les mesures d’aménagement liées à la réalisation du projet démesuré « OL Land », sur le site de Montout, de la commune de Décines-Charpieu, impliquent la disparition de dizaines d’hectares de terres agricoles fertiles, le démembrement d’ensembles agricoles cohérents et opérationnels et l’expropriation de plusieurs paysans situés dans la zone agricole de l’espace naturel sensible du V-Vert.

► Plusieurs paysans menacés d’expropriation refusent de capituler, nous les soutenons.

Nous déplorons les conséquences irréversibles de ce projet sur le maintien et le développement d’une agriculture péri-urbaine de qualité et dénonçons les profondes contradictions de ce projet avec les engagements pris ces dernières années en faveur de l’agriculture péri-urbaine (Agenda 21, charte d’objectifs, SCOT, …). A titre d’exemple, le SCOT de l’Agglomération Lyonnaise indique que « l’activité agricole est l’instrument primordial de valorisation de l’armature verte, en tant qu’activité économique participant directement au développement de l’agglomération notamment par ses fonctions nourricières. A ce titre, le SCOT en assure la viabilité en s’attachant à préserver des outils de production cohérents ». Ces engagements ne sont-ils que de vains mots, de simples slogans marketing ? Le méga-projet de Grand Stade « OL Land » est en complète contradiction avec ces orientations et nous demandons aux élus de respecter leurs engagements.

► En nous opposant à ce projet et à l’expropriation de paysans, c’est le caractère d’intérêt général de l’agriculture paysanne que nous défendons.
Afin de nourrir les populations en préservant les ressources naturelles, en favorisant un aménagement équilibré du territoire, en consolidant le tissu rural local et en recréant du lien entre le monde urbain et rural, nous avons besoin de maintenir et de développer une agriculture de qualité et créatrice d’emplois en zone péri-urbaine. Il s’agit d’un enjeu majeur de notre temps, une nécessité d’intérêt général qui ne peut être bradée sur l’autel de la finance ou de la folie des grandeurs. Chaque ferme qui disparaît, chaque hectare de terre fertile artificialisée est une insulte à l’avenir.

Par notre signature,
► nous exprimons notre solidarité avec tous les citoyens qui luttent contre ce projet ;
► nous exprimons notre solidarité avec les paysans qui refusent de capituler et appelons à une forte mobilisation pour le maintien des fermes menacées ;
► nous appelons les pouvoirs publics à reconnaître l’agriculture paysanne comme une œuvre d’intérêt général et à stopper tout projet susceptible de lui nuire.

-------------------------------------------


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Alliance paysans écologistes consom’acteurs

Illustration : Projets urbains et réalisations architecturales

Collectif de lutte : Carton Rouge Décines

Lire aussi : Un camp à Lyon contre le béton du Grand Stade

28 février 2020
La forêt est un bien commun, pas une entreprise
Tribune
28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien