Le peuple italien rejette l’énergie nucléaire

Durée de lecture : 3 minutes

14 juin 2011 / Reuters

Avec un taux de participation de 57%, bien supérieur au quorum nécessaire (50%), le référendum a tourné à la démonstration de force contre le nucléaire puisque près de 95% des votants ont marqué leur opposition à l’atome.


Influencés par la catastrophe de Fukushima et animés d’une volonté de sanctionner Silvio Berlusconi, les Italiens se sont prononcés lundi 14 juin à une majorité écrasante contre la relance du programme nucléaire civil.

Avec un taux de participation de 57%, bien supérieur au quorum nécessaire (50%), le référendum a tourné à la démonstration de force contre le nucléaire puisque près de 95% des votants ont marqué leur opposition à l’atome.

Ce référendum populaire abroge une loi adoptée l’an dernier par le gouvernement de Silvio Berlusconi pour relancer le programme nucléaire italien, suspendu par un précédent référendum en 1987, un an après la catastrophe de Tchernobyl.

Le gouvernement, conscient de l’impact de l’accident nucléaire en cours à Fukushima depuis le séisme et le tsunami du 11 mars, avait pris l’initiative de suspendre la reprise du programme nucléaire. L’issue du référendum de lundi condamne toute perspective de relance dans un avenir prévisible.

Elle accentue aussi la pression sur le nucléaire civil alors que l’Allemagne, qui a ordonné la fermeture de ses centrales les plus anciennes, a déjà annoncé son intention de sortir du nucléaire d’ici 2022.

En Suisse, le Conseil fédéral a décidé fin mai d’abandonner progressivement l’énergie nucléaire avec fermeture de la dernière centrale envisagée en 2034.

Au Japon, un sondage publié mardi par le quotidien Asahi révèle que 74% des personnes interrogées se prononcent en faveur d’une sortie progressive du nucléaire.

En France, le réseau Sortir du nucléaire a salué le « message fort envoyé par le peuple italien ». « Alors que la Suisse, l’Allemagne et l’Italie tournent le dos au nucléaire, il est plus que temps pour la France aussi de changer d’ère et de sortir de l’atome au plus vite », écrit le réseau associatif dans un communiqué publié lundi soir.

« Les résultats de ce référendum sonnent le glas de l’accord entre le français EDF et l’italien Enel impulsé en avril 2010 par MM. Sarkozy et Berlusconi », ajoute le réseau.

EDF et Enel devaient fournir au moins 4 réacteurs nucléaires en Italie et avaient retenu le groupe français Areva. Un autre groupe français, GDF Suez, observait avec intérêt le marché italien.

Au printemps 2010, le gouvernement de Silvio Berlusconi disait vouloir tirer de l’atome 25% de la demande italienne d’électricité. Le projet de relance était défendu comme crucial pour la sécurité énergétique du pays. Mais Fukushima, conjugué au contexte politique et à la campagne menée par la gauche italienne pour que la consultation tourne au plébiscite contre Berlusconi, a eu raison de cet objectif.

« Nous devrons probablement dire adieu à la possibilité de centrales nucléaires et nous devrons nous engager fermement sur la voie de l’énergie renouvelable », a déclaré le président du Conseil italien avant même que les résultats du référendum ne soient connus. A la Bourse de Milan, le cours des actions des entreprises du secteur des énergies renouvelables a aussitôt progressé.

Les autres référendums portaient sur la privatisation de l’eau et sur « l’empêchement légitime » qui permet aux ministres et à Berlusconi de ne pas comparaître devant la justice. Là encore les Italiens ont voté contre Berlusconi.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.lexpress.fr/actualites/2...

Lire aussi : En Italie, le nucléaire est porté par la corruption

21 janvier 2020
Une forêt exceptionnelle du Gard décimée pour fournir du bois de chauffage
Tribune
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Enquête




Du même auteur       Reuters