Le premier ministre fait un cadeau administratif aux bétonneurs

Durée de lecture : 1 minute

9 mai 2013 / Camille Martin (Reporterre)




Promoteurs d’autoroutes, d’aéroports, de zones industrielles, de Villages center et autres lotissements, réjouissez-vous ! Le gouvernement veille sur vos intérêts. Dans une instruction diffusée le 2 avril 2013, M. Ayrault invite ministres et préfets à faciliter au maximum projets publics et privés. C’est « une des plus brèves circulaires que l’on puisse trouver dans la littérature administrative », note une juriste.

Voici cette instruction :

"Le Premier ministre à Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Préfets,

Objet : Instruction relative à l’interprétation facilitatrice des normes.

A l’exception des normes touchant à la sécurité, il vous est désormais demandé de veiller personnellement à ce que vos services utilisent toutes les marges de manoeuvre autorisées par les textes et en délivrent une interprétation facilitatrice pour simplifier et accélérer la mise en oeuvre des projets publics et privés."

Les juristes n’ont pas encore beaucoup commenté cette décision. Elle signifie que l’analyse par les services de l’Etat des divers projets seront systématiquement biaisée au profit de l’intérêt économique et au détriment des volets environnemental et social.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Camille Martin pour Reporterre

Lire aussi : Les « malfaisants »



Documents disponibles

  Sans titre
27 mai 2020
Non au retour à un État fort, misons sur le local et sur la société
Tribune
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)