Le président refuse toujours le RMA à nos amis les riches

Durée de lecture : 2 minutes

28 mars 2009 / Sauvons les riches



Pleurs et soupirs à Neuilly : le pouvoir s’obstine à refuser d’instaurer le Revenu maximal admissible (RMA) qui libérerait les oligarques de leur frénésie consommatoire. Ils n’en peuvent plus ! Libérez les riches de leur richesse !


Le collectif Sauvons les riches y a cru l’espace d’un bout de phrase. « Ceux qui souffrent le plus ne sont pas ceux qui contestent le plus », a déclaré ce soir Nicolas Sarkozy. Il est vrai qu’on n’a guère entendu les milliardaires se plaindre, ces derniers temps. Pourtant, l’inflation des rémunérations des dirigeants et des rentiers ne leur rend pas la vie facile. Ils étaient nombreux, ce soir, à attendre fébrilement l’annonce d’une forte taxation des hauts revenus..

Hélas, à bien y regarder, de Megève à Monaco, c’est la déception qui domine, car le Président n’a rien annoncé de tangible pour sauver les riches d’eux-mêmes. « Les nantis sont accros à leurs train de vie, s’alarme Karima Delli, membre du collectif Sauvons les riches. Sans recours à la loi, il ne faut pas compter sur leur bonne volonté pour s’auto-limiter. Il faut lé-gi-fé-rer ! »

Le collectif Sauvons les riches, qui a fait une première apparition très remarquée en carrosse au cours de la manifestation intersyndicale de jeudi dernier, n’a manifestement pas encore réussi à se faire entendre des autorités. Et va être obligé de repartir à l’action pour expliquer des choses simples.

Par exemple, Nicolas Sarkozy ne semble pas au courant des récentes évolutions de la fiscalité des hauts revenus quand il parle des « mauvaises habitudes d’augmenter les impôts dans notre pays ». Les impôts de qui ? Au contraire depuis dix ans, les plus riches bénéficient de dizaines de milliards de réductions d’impôts : les riches son accros à l’argent, et l’Etat est leur dealer…

Le Président a fait appel au « bon sens » pour justifier le bouclier fiscal. « Envoyer chaque année un chèque moyen de 30 000 euros à des millionnaires, en temps de crise, c’est peut-être du bon sens à Neuilly, mais pas chez moi », fait remarquer Julien Bayou, autre pilier des sauveurs de riches. « Avec un bon sens pareil, les pauvres ne sont pas sortis de l’auberge, ni les riches de leur hôtel particulier ! »

Le Président a jugé indécents les bonus dans les entreprises qui licencient ou qui sont aidées par l’Etat. Au-delà des bonus et de la conjoncture, des salaires représentant 100 fois le SMIC sont indécents et sont une cause majeure de la spéculation et de la crise. Dans des entreprises aidées par l’Etat ou non.

« N’est pas Franklin Roosevelt qui veut, ajoute Manuel Domergue, du collectif. En 1942, il a eu le courage d’imposer un vrai salaire maximum. On a vu les effets : pendant quarante ans, les inégalités sociales ont chuté aux Etats-Unis. Mais qu’est-ce qu’on attend pour faire pareil ? »






Source : http://sauvonslesriches.fr/?p=153, avec de jolis dessins et de belles courbes, que nous sommes trop peu techniquement compétents pour reproduire ici, mais qui sont bien propres à illuminer le cerveau de nos amis les riches.

31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info




Du même auteur       Sauvons les riches