Le recycleur circulaire dans une usine verticale est fabuleux

Durée de lecture : 2 minutes

11 février 2014 / Côme Bastin (We Demain)

Réutiliser les nombreuses chutes issues de la production industrielle pour concevoir et assembler de nouveaux objets. C’est le pari de l’« Ecodesign Lab » qui a ouvert ses portes à Montreuil, sur le toit de l’usine Mozinor.


Plastique, bois ou plexiglas… Chaque année, pas moins de 3 000 tonnes de déchets sont générées par l’immense usine Mozinor à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. C’est pour valoriser cette grande quantité de chutes qu’un nouveau fab lab y a ouvert ses portes hier.

Ecodesignlab

Baptisé Ecodesign Lab, il sera tourné vers la production de meubles et d’objets à partir des matériaux rejetés par les cinquante entreprises installées sur le site. « Tout l’enjeu est de combiner des chutes périodiques et aléatoires avec les logiques de la fabrication en série », explique Philippe Schiesser, directeur d’un bureau d’étude dédié à l’éco-conception à l’initiative du projet. « Pour cela, les designers occuperont une place centrale pour concevoir les mini-séries d’objets qui seront fabriquées par le lab ».

A côté des traditionnelles scies et perceuses, on trouve dans l’Ecodesign Lab fraiseuse numérique et découpeuse laser. Une imprimante 3D permet également de fabriquer des pièces sur mesure. Parmi les prototypes déjà réalisés : une chaise associant chutes de matériaux et pièces en plastique biosourcé imprimées en 3D et un établi fabriqué sans générer aucun déchet.

L’usine sur l’usine

Le lab est installé sur le toit de l’usine verticale Mozinor, du haut duquel on peut en prime admirer toute l’Île-de-France. Construite dans les années 1970, cette « usine verticale » ambitionnait de réindustrialiser Montreuil en empilant les unités de production les unes sur les autres au lieu de les étaler sur le territoire.

Après une période de déclin, durant laquelle le toit accueille des raves parties qui marqueront l’histoire du mouvement techno, le lieu trouve un second souffle. Les entreprises refluent de la capitale pour investir ses vastes locaux.

Soutenu par la région, le fablab ambitionne à terme de transformer Mozinor en usine 2.0 ou chacun pourra venir concevoir et fabriquer des objets en profitant des matériaux et machines à portée de main. De quoi faire renaître le rêve avorté de cette cité industrielle à l’architecture démesurée.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : We Demain

Lire aussi : Aux portes de Paris : le plus grand laboratoire communautaire de biotechnologies d’Europe

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
Francs-tireurs du raisin, les vignerons nature créent un syndicat
15 novembre 2019
Une taxe carbone « juste » pour concilier justice fiscale et écologie




Du même auteur       Côme Bastin (We Demain)