Le secret

Durée de lecture : 2 minutes

2 juin 2010 / Hervé Kempf




C’est tout à fait simple : imaginez qu’un document officiel contienne, d’une manière ou d’une autre, une référence à la chose militaire. Il vous suffit de le déclarer « secret-défense » pour en empêcher la communication publique.

Autre méthode du même tonneau : un document officiel contient des données relatives à une entreprise privée. Vous lui demandez si vous pouvez le communiquer, elle vous répond que ces données relèvent du « secret commercial », et vous retenez le document, ou le caviardez des pages relatives à cette entreprise. Cette entreprise assume un service public ? La belle affaire !

Vous retenez donc à votre gré ce qui vous arrange. Mais, comme vous avez adopté une loi « sur la transparence », que vous avez signé une convention internationale sur « le droit à l’information du public » et que, depuis la Révolution de 1789, vous êtes labellisé « démocratie », tout va bien, vous êtes un pur et parfait démocrate.

La France, en ce qui concerne le nucléaire, se trouve dans cette situation. Le président a commandé en janvier - à grands sons de trompe - un rapport à François Roussely sur « l’évolution du nucléaire civil à l’horizon 2030 ».

Le rapport est rendu au président début mai, mais classé secret-défense. Circulez, rien à voir.

Un débat public sur Areva, EDF, GDF-Suez, et les arrangements entre gens du même monde ? Secret, on vous dit. Le président rendra « sa » décision quand le temps sera venu.

Autre anecdote, moins visible, mais aussi significative : un consultant en énergie demande à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) son rapport sur la « gestion des compétences et des habilitations des personnels d’exploitation des réacteurs à eau sous pression d’EDF » ; l’IRSN consulte EDF et transmet le rapport de 150 pages allégé de... 93 pages.

Le plus étonnant, dans tout cela, est l’indifférence.

Comme si l’on s’était définitivement habitué à l’idée que le nucléaire échappe aux règles démocratiques qui régissent les autres sujets intéressant la société.

La seule conclusion que l’on puisse tirer de ce mépris continu des dirigeants pour la discussion est que seule est efficace l’action des citoyens. Comme celle des citoyens obscurs de Champagne et Lorraine qui ralentissent le stockage de nouveaux déchets dans leur région. Ou comme le travail de journalistes et de Greenpeace pour empêcher l’exportation de déchets nucléaires en Russie. Areva a annoncé qu’elle arrêtait cette exportation (1). Bravo aux citoyens et activistes ! Parce que, des « responsables », il y a peu à attendre.

............................................

Note :

(1) http://www.areva.com/FR/actualites-.... Voir aussi la versioin de Greenpeace : http://energie-climat.greenpeace.fr...






Source : Cet article a été publié dans Le Monde daté du 2 juin 2010.

Lire aussi : Le comité de la transparence nucléaire un peu plus opaque http://www.reporterre.net/spip.php?...

5 juin 2020
Constantinople, un exemple historique de résilience alimentaire
Tribune
4 juin 2020
« Les lobbies veulent façonner le monde d’après »
Entretien
5 juin 2020
À Bure, l’agence des déchets nucléaires se paie des gendarmes
Enquête




Du même auteur       Hervé Kempf