Le siège d’avion le plus léger du monde‏

Durée de lecture : 3 minutes

10 avril 2014 / Enerzine

Un nouveau siège d’avion va être lancé. Trois fois moins lourd que les sièges habituels, il fera baisser - un peu - la consommation de carburant des avions.


Expliseat, la compagnie française qui a conçu le siège pour avion le plus léger du monde a obtenu l’agrément ETSO de l’AESA (Agence Européenne de la Sécurité Aérienne), certifiant que le siège « ultra light » respecte les normes de sécurité fixées par l’Union Européenne.

Après de multiples tests et contrôles, le Titanium Seat est désormais habilité à voler à bord des compagnies aériennes européennes et internationales. Malgré son faible poids - 4 Kg -, le Titanium Seat allie exigence de sécurité, robustesse, design et confort.

Après plusieurs semaines incluant une centaine de tests en conditions réelles et des vérifications techniques sur la robustesse du siège, l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne a remis la certification ETSO C39c à Expliseat pour son siège "révolutionnaire" qui pourra être installé dès à présent à bord des avions en Europe, et par extension, dans quasiment tous les pays du monde.

Des tests de résistance au choc allant jusqu’à 16 g, à l’exposition à une flamme vive pendant 12 s, et plus de 100.000 cycles d’utilisation simulée correspondant à dix ans de vie ont été pratiqués sans ménagement.

La jeune société, créée en 2011, par trois jeunes ingénieurs tout juste diplômés, Benjamin Saada (MINES ParisTech), Jean-Charles Samuelian (École des Ponts ParisTech) et Vincent Tejedor (Normale Sup’ et Corps des Mines) est véritablement passée du statut de jeune pousse à celui de société industrielle.

Le Titanium Seat, une première mondiale à tous les niveaux

Expliseat a relevé tous les challenges. Avec seulement 30 pièces (au lieu de 300 en moyenne), le Titanium Seat est le premier siège certifié par l’AESA à peser moins de 5 kg. Autre défi, il est le premier siège d’avion de la famille A320 et B737 à être constitué de matériaux composites.

Cette réduction significative de poids a pour conséquence directe de diminuer la consommation de carburant des avions, et donc d’alléger la facture de carburant, soit jusqu’à 500.000 dollars par avion et par an. Toutes les compagnies aériennes cherchent un moyen efficace de réduire leur facture de kérosène et cela passe irrémédiablement par une rationalisation à tous les niveaux.

Pour un Boeing 737-800 comprenant 189 sièges en classe économique, les économies de carburants atteignent 3,7% en moyenne. En effet un siège classique pèse 13 kg par passager contre 4 kg pour le Titanium. Le calcul est vite fait : 189 * (13 - 4) = 1.701 kg ou 1,7 tonne de moins à supporter par l’engin. Cela se traduit par une économie de 380.000 dollars pour 10 heures de vol en se basant sur un prix du caburant à 1.033 dollars par Mt.

La start-up française a par ailleurs signé son premier contrat avec Air Méditerranée, un contrat d’une valeur d’un million de dollars pour équiper l’un des Airbus A321 dont le premier vol avec son dispositif est prévu à partir du mois de juin 2014.

"Sur notre A321, ces sièges permettront d’économiser deux tonnes sur la masse à vide. Pour Airbus, il faudrait plusieurs années de développement pour y parvenir", a précisé pour sa part Antoine Ferretti, le PDG d’Air Méditerranée. Cela représente une économie de 320.000 dollars sur l’ensemble de l’année.

"Avec cette certification, c’est la fiabilité de nos sièges qui est attestée, et par conséquent, ce sont la sécurité et le confort des passagers qui sont prouvés. Le Titanium Seat est une véritable prouesse technique, combinant robustesse et performance, et qui apporte un souffle nouveau sur le marché des sièges d’avions" a affirmé Benjamin Saada, Président d’Expliseat.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Enerzine

Photo : L’Antenne.com

Lire aussi : Les avions ne payent pas d’impôts mais polluent un maximum

19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »




Du même auteur       Enerzine