Le smartphone équitable existe

Durée de lecture : 4 minutes

12 juin 2013 / Romain Thuret (Les Numériques)

Pour les addicts qui ne peuvent vraiment pas décrocher... Après le café, les bananes ou les t-shirts, voici le smartphone équitable. Pas de logo Max Havelaar ici, mais le projet de techniciens néerlandais, à l’impact environnemental réduit et aux conditions de production acceptables.


29 mai

Le commerce équitable implique le respect d’une charte rigoureuse en matière de travail, de récolte des matières premières, de qualité et durée de vie d’un produit. À la base, il a été développé sur le circuit des denrées périssables, avant d’être étendu au textile. Coton, café, paysans, récoltants, tisserands, transporteurs, le mot d’ordre pour tous les maillons de la chaîne, de la première petite main à celles du consommateur, est la garantie de l’équité à tous les niveaux.

C’est dans cette optique équitable, mais aussi durable, qu’une équipe de techniciens néerlandais a conçu le Fairphone. Ce smartphone se veut « 100% équitable », même si ses concepteurs avouent avoir du mal à atteindre ce niveau. Le plus symbolique des éléments équitables de ce produit est sans doute la volonté de puiser les matières premières dans des mines et carrières épargnées par les guerres et autres trafics. Les matières premières utilisées dans la conception de produits électroniques sont largement concernées par les conflits, notamment en Afrique avec, par exemple, les mines de coltan (utilisé pour les transistors, puces...), responsables de millions de morts en République Démocratique du Congo.

Quant à la production du smartphone, les équipes du Fairphone se concentrent, après un audit propre, sur des sous-traitants dont les employés sont correctement traités, avec le souhait d’aller dans une direction différente des usines Foxconn, par exemple, où les ouvriers sont broyés pour que les usines puissent produire des mobiles par millions. L’entreprise est louable, d’autant qu’avec le faible nombre d’unités de départ pour le Fairphone, le sous-traitant sélectionné n’aura pas trop de pression.

Côté caractéristiques techniques, le Fairphone embarque un écran qHD de 4,3 pouces (définition de 940 x 560 pixels), un processeur MediaTek MTK6589 quadri-cœur cadencé à 1,2 GHz, une mémoire vive de 1 Go et une capacité de stockage de 16 Go extensible via microSD. Le processeur ici présent est fondé sur l’architecture ARM Cortex A7, qui privilégie l’économie d’énergie à la puissance brute.

Il est alimenté par une batterie de 2000 mAh, que l’on peut changer, et il propose deux slots pour cartes SIM, l’un 2G, l’autre 2G/3G. Un capteur de 8 mégapixels habite au dos du smartphone tandis qu’un capteur 1,3 mégapixel trouve refuge en façade. Le système d’exploitation est Android 4.2 Jelly Bean et le smartphone est assuré « rootable » d’office. Certains éléments techniques peuvent encore changer avant la sortie définitive du mobile.

Le Fairphone est commercialisé sans chargeur (via micro-USB, quasi universel), ni écouteurs, les responsables du projet entendant réduire au minimum requis l’impact environnemental. Autre impact, sur la santé cette fois-ci : l’indice DAS du Fairphone est bas, avec une valeur moyenne de 0,318 W/kg.

Le Fairphone est proposé au tarif de 325 euros. Un prix raisonnable pour les composants intégrés dans la bête ET le sentiment de faire une B.A. Ses concepteurs attendent un minimum de 5000 pré-commandes avant de lancer la production, pour une livraison à la fin de l’été, au plus tard au début de l’automne prochain. Aujourd’hui, le projet approche les 60% de cet objectif, avec un peu plus de 3000 commandes, et le créneau prend fin dans un peu moins de trois semaines. Tous les détails se trouvent sur la page officielle du Fairphone.


5 juin

Ils l’ont fait. Les créateurs du Fairphone, smartphone équitable suivant une certaine charte de développement éthique et humaine, ont atteint le seuil de 5 000 pièces pré-commandées annoncé pour débuter la production.

Souvenez-vous, la semaine passée, nous vous parlions du premier [article ci-dessus], le Fairphone. Développé par une équipe d’ingénieurs néerlandais, il ne pouvait entrer en production qu’à partir d’un minimum de pré-commandes. L’objectif, de 5 000 unités, a été atteint dans la nuit de mardi 4 juin à mercredi et le Fairphone va pouvoir entrer en production, avec une disponibilité effective programmée, au plus tard, pour le début du mois d’octobre prochain.

Rappelons que le Fairphone est un mobile de 4,3 pouces doté d’une dalle IPS, d’un processeur quadri-cœur cadencé à 1,2 GHz, d’une mémoire vive de 1 Go, d’une capacité de stockage de 8 Go extensible via une carte micro SD, un capteur photo-vidéo de 8 mégapixels, deux slots pour carte SIM et que sa batterie de 2000 mAh est amovible. L’ensemble, auquel il faut ajouter la sensation de faire une bonne action, est commercialisé à 325 euros.

C’est, certes, un peu plus cher que certains smartphones asiatiques aux caractéristiques approchantes voire semblables (chez Wiko par exemple), mais cela semble être le prix à payer pour que la chaîne de production du produit, de la mine de coltan en Afrique à la pose du dernier bouton soit un peu plus respectable et équitable qu’à l’accoutumée.

A noter également que pour chaque produit vendu, l’équipe de Fairphone reverse 3 euros à un organisme chargé de débarrasser le Ghana, véritable décharge de la planète, de ses nombreux déchets électroniques.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Les numériques
Deuxième partie de l’article : Les Numériques

Lire aussi : L’iPhone 5 est un désastre écologique

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »