Le travail peut faire du bien

Durée de lecture : 1 minute

7 avril 2010 / Collectif du printemps

Eh oui, on peut aimer son travail, quand il est libre et créatif. Pour y réfléchir, un collectif d’organisations lance un Printemps pour une économie équitable.


Que l’on soit commerçant, agriculteur, artiste, ouvrier, artisan, journaliste, employé..., exercer librement son activité avec plaisir et au bénéfice de convictions sociales et environnementales est un enjeu au service de l’intérêt général.
Aujourd’hui la construction d’une société plus équitable doit se faire à travers un travail qui respecte les êtres humains et la nature au lieu de les épuiser. Travailler ne doit pas renforcer l’exclusion et l’exploitation.

La logique économique actuelle, productiviste et spéculative, renforcée par certaines technologies aveugles, nous fait perdre le sens de nos métiers et dégrade nos conditions de travail. Le cuisinier se transforme en manutentionnaire, le paysan en exploitant agricole, le commerçant en distributeur.

Promouvoir une économie équitable, c’est contester l’organisation actuelle du travail et la rendre non discriminante, afin de permettre à chacun de se réaliser et d’inventer collectivement une manière de produire mieux des biens utiles et durables, en économisant l’énergie.

Pour y parvenir, il est nécessaire de questionner le travail et son organisation pour le mettre au service d’un bien être collectif, du respect du vivant et de nouvelles formes de solidarités des plus jeunes aux plus vieux. De nombreuses initiatives et pratiques alternatives vont dans ce sens, nous vous invitons à les découvrir…

Du 21 mars au 21 juin les organisateurs du « Printemps pour une économie équitable » invitent à travers toute la France à se rencontrer, discuter, découvrir et agir ensemble pour promouvoir un travail au service d’une économie équitable, ici et ailleurs.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.printemps-economie-equit...

Ecouter aussi : Quel est le sens du travail aujourd’hui ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info