Les Etats ont adopté à l’ONU le traité sur le commerce des armes‏

Durée de lecture : 5 minutes

4 avril 2013 / Oxfam

Le premier traité de l’histoire visant à réguler le commerce international des armes classiques a été adopté le 2 avril. C’est un « résultat historique » selon la coalition Control Arms. Il reste à ce que les Etats ratifient le texte, et y adaptent leur législation nationale.


Après six années de négociations diplomatiques et plus de dix années de mobilisation de la société civile, les Etats membres de l’ONU ont voté le 2 avril le traité sur le commerce des armes (TCA) à une majorité écrasante (154 oui, 3 non, 23 abstentions). Le vote de l’Assemblée générale de l’ONU a eu lieu cinq jours après que l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie ont bloqué l’adoption du traité au consensus lors d’une session pleine de suspense, le dernier jour de la conférence diplomatique pour l’adoption du TCA.

Le traité créera des obligations juridiquement contraignantes pour les Etats, qui devront évaluer tous les transferts d’armes afin de s’assurer que celles-ci ne contribueront pas à des violations des droits humains ou du droit international humanitaire. Il exige des Etats qu’ils refusent tout transfert d’armes dès lors qu’il existe un risque qu’elles soient utilisées pour violer les droits humains ou commettre des crimes de guerre.

Anna MacDonald, responsable du contrôle des armes à Oxfam, a déclaré : « Pour la première fois, nous avons un traité international juridiquement contraignant qui permettra de réguler le commerce le plus meurtrier au monde, celui des armes. L’adoption d’un traité sur le commerce des armes envoie un message clair aux marchands d’armes, aux seigneurs de guerre et aux dictateurs que leur heure a sonné. Ils ne pourront plus opérer et continuer à acquérir des armes en toute impunité. Le monde aura les yeux rivés sur eux et ils devront désormais rendre des comptes. »

« Depuis les rues d’Amérique latine jusqu’aux camps de déplacés à l’Est du Congo, en passant par les vallées d’Afghanistan, les communautés vivant dans la peur des attaques rendues possibles par un commerce des armes non régulé pourront maintenant croire en un avenir plus sûr. »

Selon Allison Pytlak, responsable de campagne pour Control Arms : « La grande majorité des Etats ont déclaré cette semaine qu’ils s’engageaient à garantir que les armes ne tombent pas dans de mauvaises mains, qui pourraient les utiliser pour violer les droits de l’Homme. Désormais, les projecteurs de la communauté internationale vont être braqués sur l’univers trouble du commerce des armes. »

« Il est impératif que tous les gouvernements qui ont voté en faveur du traité fassent la démonstration de leur engagement à mettre en place les normes internationales les plus élevées lors de la mise en œuvre du traité. Par exemple, les Etats pourraient inclure toutes les armes conventionnelles dans leurs listes nationales de contrôle, et garantir qu’ils n’autoriseront pas de transferts d’armes en cas de risque substantiel que des violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire soient commises. »

Le vote de l’Assemblée générale de l’ONU constitue le point culminant d’années de travail pour la société civile, qui a joué un rôle central dans l’organisation d’une conférence diplomatique ayant pour objectif de réguler les ventes d’armes conventionnelles.

Baffour Amoa, président du Réseau ouest-africain d’action sur les armes légères, a déclaré : « Nous avons longtemps attendu ce traité. Trop de sang a été versé en Afrique du fait de la violence armée. Les Etats doivent mobiliser les ressources nécessaires afin de garantir une application efficace du traité, qui renforcera la paix et la sécurité en Afrique, et mènera plus rapidement vers le développement. »

Selon Alex Galvez, un survivant de la violence armée qui a fondé la Transitions Foundation au Guatemala : « C’est un jour qu’attendaient depuis longtemps les survivants de la violence armée, et un jour important pour la campagne Control Arms. Mais le travail ne prend pas fin pour autant. Nous devons nous assurer que ce traité change réellement la situation sur le terrain. Les Etats doivent désormais ratifier le TCA, et faire de son application une priorité. »

Selon Nicolas Vercken, d’Oxfam France : "La France, comme tous les autres pays européens, a co-sponsorisé la résolution d’aujourd’hui, et a bien évidemment voté en sa faveur. Mais, au-delà de ses belles déclarations en faveur du respect des droits de l’Homme et d’une transparence accrue, la France n’a eu de cesse de poursuivre son véritable objectif : aboutir à un traité que les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde pourraient éventuellement signer, comme le souhaitaient les lobbies industriels.

Cette posture dans les négociations a eu un prix, celui d’ambiguïtés et de compromis potentiellement dangereux, notamment sur le contrôle des munitions, la possibilité de déroger au respect des droits humains et du droit international humanitaire, ou encore la possibilité de contourner les obligations du traité dans le cadre d’accords de coopération et de défense.« »La France ne doit pas en rester là. Elle doit désormais signer et ratifier le traité sans délai, et aller au delà des normes plancher définies dans le traité en le transposant de manière ambitieuse dans son droit interne. Il est essentiel d’intégrer en droit français des critères clairs conduisant à l’interdiction automatique d’un transfert d’armes dès lors qu’il y a un risque substantiel qu’il contribue à des graves violations des droits humains ou du droit international humanitaire, ou porte atteinte à la paix et la sécurité.« »Le gouvernement français devra s’efforcer dès les prochaines semaines de mobiliser les moyens nécessaires pour que le plus grand nombre de pays, notamment en Afrique et dans le monde arabe, soient effectivement en mesure de mettre en œuvre le traité, et que la société civile puisse continuer son indispensable rôle de suivi indépendant de ces questions."



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Oxfam

Lire aussi : Armes à l’uranium appauvri au Mali : deux parlementaires interpellent le ministre de la Défense

24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info




Du même auteur       Oxfam