Les Indignés manifesteront devant le Pôle Emploi mardi 17

Durée de lecture : 2 minutes

16 janvier 2012 / par villalard

« Pôle Emploi sera occupé, d’une manière réellement nouvelle car totalement décentralisée, sur tout le territoire gouverné par un système illégitime rendant des comptes aux marchés plutôt qu’au Peuple. »


Nous (les indignés, les 99%, sur des actions Uncut directes et non-violentes) sommes en actions Uncut, directes et non-violentes, depuis le 26 mars à Paris, depuis le NoG8 en mai au Havre/Deauville, depuis le 30 juin ou le 15 octobre dans plus de 35 villes en France pour des journées internationales d’actions directes (Rennes, Paris), ou encore depuis le NoG20 à Nice et à Cannes, ou le 04 et 11 novembre autour des mouvements « Occupons » à La Défense ou ailleurs...

Ce mardi, le 17 janvier, sera la veille du Sommet sur l’Emploi voulue par le Président de la République en campagne. C’est l’occasion d’une mobilisation majeure qui a trouvé pour la première fois son impulsion à l’intérieur de l’Hexagone. Elle mêle les 99%, citoyens de toutes origines (syndicalistes, associatifs, individus), dans leurs points communs comme dans leurs contradictions, tendus vers un même objectif : l’obtention des droits d’« obtenir un véritable emploi » et « un revenu décent qui permet de vivre dignement ». Pour cela, Pôle Emploi sera occupé, d’une manière réellement nouvelle car totalement décentralisée, sur tout le territoire gouverné par un système illégitime rendant des comptes aux marchés plutôt qu’au Peuple.

Nous nous mobilisons dans plus de 30 villes. Nous avons préparé des occupations festives mais radicalement décidées... De Paris à Dunkerque, de Toulon à Brest, nous sommes unis par une même conviction : celle qu’il est maintenant temps pour nous tous de reprendre les plus inaliénable des droits et des devoirs : celui de décider de son propre avenir, par des choix éclairés.

Le prochain consistera à occuper Pôle Emploi, avec une revendication claire : le droit à la dignité. Vous êtes prévenus, on ne lâchera rien !

À mardi !... et jusqu’à ce qu’ils cèdent.

La liberté est contagieuse et addictive, venez y goûter !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : France Uncut

Photo : Raphaël Kempf.

Lire aussi : Les Indignés délibèrent de la Déclaration des droits de l’homme

12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
Entretien
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage


Du même auteur       villalard