Les ONG satisfaites que Nicole Bricq soit ministre de l’écologie

Durée de lecture : 2 minutes

17 mai 2012 / AFP




La socialiste Nicole Bricq, nommée ministre de l’Ecologie et de l’Energie, a une culture écolo et représente un gage de sérieux pour la gestion des questions environnementales, ont estimé mercredi les principales ONG environnementales.

France Nature Environnement (FNE), fédération regroupant 3.000 associations environnementales, salue le retour de l’énergie dans le périmètre du ministère de l’Ecologie, estimant qu’il n’était pas possible d’envisager une transition écologique sans une transition énergétique solide.

FNE regrette toutefois que ce périmètre n’inclue pas le logement et souligne qu’une solide articulation va être nécessaire avec la ministre en charge de cette question, Cécile Duflot (EELV). Il faut aussi, pour FNE, un premier ministre fort capable de coordonner les actions des différents ministères concernés par l’environement (industrie, mer, économie solidaire, développement).

Mme Bricq, qui occupait l’influent poste de rapporteur général de la commission des finances du Sénat, a une culture « écolo » et une culture du dialogue, estime auprès de l’AFP Benoît Hartmann, porte-parole de FNE.

Greenpeace, qui a beaucoup mis en avant la question du nucléaire pendant la campagne présidentielle, voit aussi un bon signal dans le retour de l’énergie dans le giron de l’écologie mais jugera sur pièces.

Ce qui nous intéresse particulièrement dans le profil de Nicole Bricq, c’est son profil de spécialiste des questions financières, souligne le directeur général de l’ONG Jean-François Julliard.

Elle va pouvoir faire le lien entre le monde économique et le monde écologique, un lien qui n’est pas souvent fait, ajoute-t-il.

Dans un communiqué, WWF souligne également que la nomination de Nicole Bricq représente un gage de sérieux et de crédibilité pour mieux intégrer l’environnement au coeur du budget et des politiques publiques.

Il tient maintenant au Premier ministre de garantir que l’écologie n’est pas un strapontin, notamment face à Bercy et au ministère du redressement productif, nuance toutefois Benoît Faraco, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.






Source : Romandie com

Lire aussi : Le plan de rigueur de Fillon encourage la pollution, autour du rapport de Mme Bricq sur la fiscalité, en octobre 2011.

30 novembre 2020
EN PHOTO — La rue dit « stop ! » à la loi de « sécurité globale »
Reportage
13 novembre 2020
Serres de tomates, une filière énergivore et très concentrée
Enquête
25 novembre 2020
Crime ou délit ? L’écocide divise les juristes de l’environnement
Info