Les caravanes pour la justice climatique sont arrivées à Cancun le 3 décembre

Durée de lecture : 1 minute

3 décembre 2010 / Alter-Echos


Après s’être retrouvées à Mexico pour une manifestation « pour la vie, la justice sociale et climatique », les trois caravanes parties de San Louis Potosi, Guadalajara et Acapulco le 28 novembre, ont poursuivi leur route vers Cancun où elles arrivent ce vendredi 3 décembre.

Participant à la caravane partie de Guadalajara, nous avons pu noter que les populations victimes des principaux désastres environnementaux au Mexique sont sans illusion sur les résultats de Cancun.

Morceaux choisis :

« Nous allons à Cancun pour dire vraiment ce que sont nos gouvernements, pour montrer les ravages de leurs politiques et dire que nous ne sommes pas convaincus par leurs mesures d’adaptation », selon Machuy Zamouripa de la communauté Magdalena Contreras qui se bat contre un projet d’autoroute détruisant leur village et la forêt avoisinante.

« Nous pratiquons l’environnementalisme des pauvres, un environnementalisme par obligation, une lutte de survie pour la vie de nos enfants », dit Enrique Encizo Riviera d’El Salto victime de la pollution de la rivière Santiago par des multinationales profitant de l’absence de régulations environnementales en raison de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain.

Pour Graciella Gonzales de l’Assemblée Nationale des Affectés Environnementaux, Cancun est « une opportunité pour mettre en lumière la duplicité des gouvernements, et montrer qu’on ne pourra pas préserver l’environnement sans changer de système ».

................................................................

Pour en savoir plus :

- cette vidéo : http://vimeo.com/17406147

- ce reportage intitulé "Cancun ? Des caravanes dénonçant la duplicité des gouvernements" : http://www.mediapart.fr/club/editio...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Infos : http://www.alter-echos.org

Lire aussi : Climat : pour une distribution planétaire des droits au CO2 http://www.reporterre.net/spip.php?...

21 novembre 2019
Nous avons visité Milipol, le salon de la répression
21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie
21 novembre 2019
Dans le Nord, des élus locaux promeuvent le béton et l’étalement urbain