Les catastrophes naturelles ont coûté 122 milliards d’euros en 2012

Durée de lecture : 1 minute

5 janvier 2013 / Trends.be

Le coût des catastrophes naturelles dans le monde devrait atteindre 160 milliards de dollars en 2012 (122 milliards d’euros), estime le réassureur allemand Munich Re.


« L’année dernière, les catastrophes naturelles dans le monde ont causé environ 160 milliards de dollars de pertes au total, et près de 65 milliards de dollars de pertes assurées », a précisé Munich Re dans un communiqué publié jeudi 3 janvier.

Ces chiffres sont inférieurs aux dégâts record constatés en 2011, année marquée par le tsunami au Japon, et durant laquelle le secteur de l’assurance avait couvert 119 milliards de dollars de dommages à la suite d’un grand nombre de tremblements de terre et d’inondations, selon l’assureur allemand.

En 2012, « 67% des pertes totales et 90% des pertes assurées sont imputables aux Etats-Unis », a précisé Munich Re. Les plus gros dégâts de l’année 2012 ont été notamment provoqués par l’ouragan Sandy, qui représente près de 25 milliards de dollars à couvrir par le secteur de l’assurance, souligne le communiqué.

« Les dommages élevés liés aux catastrophes naturelles aux Etats-Unis ont montré qu’il est important de soutenir les efforts en matière de prévention des dégâts », a commenté Torsten Jeworrek, patron de Munich Re.

Notamment, « il serait possible de doter certaines régions, comme New York, d’une meilleure protection contre les effets des tempêtes. Cela serait raisonnable d’un point de vue économique et les assureurs pourraient tenir compte dans leur prix d’une exposition moindre aux dommages », a-t-il ajouté.

En novembre dernier, l’assureur allemand avait estimé son exposition à « environ 500 millions d’euros », après le passage dévastateur de l’ouragan Sandy sur la côte Est des Etats-Unis.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Trends.be

Lire aussi : Ouragan Sandy, New York sous les eaux

17 juillet 2019
De Rugy : dix mois ministre, dix mois d’inaction
Info
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune




Du même auteur       Trends.be