Faire un don
14804 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
19 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Les catastrophes naturelles ont coûté 122 milliards d’euros en 2012

Durée de lecture : 1 minute

5 janvier 2013 / Trends.be

Le coût des catastrophes naturelles dans le monde devrait atteindre 160 milliards de dollars en 2012 (122 milliards d’euros), estime le réassureur allemand Munich Re.


« L’année dernière, les catastrophes naturelles dans le monde ont causé environ 160 milliards de dollars de pertes au total, et près de 65 milliards de dollars de pertes assurées », a précisé Munich Re dans un communiqué publié jeudi 3 janvier.

Ces chiffres sont inférieurs aux dégâts record constatés en 2011, année marquée par le tsunami au Japon, et durant laquelle le secteur de l’assurance avait couvert 119 milliards de dollars de dommages à la suite d’un grand nombre de tremblements de terre et d’inondations, selon l’assureur allemand.

En 2012, « 67% des pertes totales et 90% des pertes assurées sont imputables aux Etats-Unis », a précisé Munich Re. Les plus gros dégâts de l’année 2012 ont été notamment provoqués par l’ouragan Sandy, qui représente près de 25 milliards de dollars à couvrir par le secteur de l’assurance, souligne le communiqué.

« Les dommages élevés liés aux catastrophes naturelles aux Etats-Unis ont montré qu’il est important de soutenir les efforts en matière de prévention des dégâts », a commenté Torsten Jeworrek, patron de Munich Re.

Notamment, « il serait possible de doter certaines régions, comme New York, d’une meilleure protection contre les effets des tempêtes. Cela serait raisonnable d’un point de vue économique et les assureurs pourraient tenir compte dans leur prix d’une exposition moindre aux dommages », a-t-il ajouté.

En novembre dernier, l’assureur allemand avait estimé son exposition à « environ 500 millions d’euros », après le passage dévastateur de l’ouragan Sandy sur la côte Est des Etats-Unis.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Trends.be

Lire aussi : Ouragan Sandy, New York sous les eaux

6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage
5 décembre 2019
Chili : même sans la COP, les écolos se mobilisent
Info




Du même auteur       Trends.be