Les centres commerciaux Leclerc s’insinuent dans les écoles pour y faire de la publicité

Durée de lecture : 2 minutes

30 septembre 2013 / Stop pub à l’école

À l’occasion de la Journée nationale « Stop pub à l’école », le vendredi 27 septembre 2013, le prix de l’intrusion publicitaire la plus dégoûtante au sein des écoles françaises a été décerné aux supermarchés « E. Leclerc » au titre de leur opération « Nettoyons la nature ».


Pour cette première journée de sensibilisation et d’action, l’association « Mais qu’est-ce que tu fabriques ? » encourage à identifier, comprendre et dénoncer, les intrusions publicitaires qui se multiplient dans les écoles.

Le prix de « l’intrusion publicitaire la plus dégoûtante » sera décerné chaque année pour pointer du doigt les acteurs économiques qui visent l’école et les enfants. Ce coup de projecteur doit permettre de mieux dénoncer ces pratiques, souvent pernicieuses, souvent cachées par des discours « de prévention » ou des opérations « pseudo-pédagogiques ».

L’opération « Nettoyons la nature », organisée depuis plusieurs années par les supermarchés « E. Leclerc », est un exemple d’action commerciale dirigée tout particulièrement vers l’école. Sous couvert d’opération « verte » (contestée par certaines associations écologistes) le dispositif vise à la diffusion d’une image de marque flatteuse auprès des enfants : des produits alimentaires à marque de distributeur sont distribués aux participants en guise de « goûter », des T-shirts publicitaires sont offerts aux enfants, et les enseignants sont encouragés à faire venir la presse locale pour prendre les élèves en photo devant des banderoles au logo bien visible...


L’appel de la Journée nationale « Stop pub à l’école »

Un peu plus chaque jour, sous des formes diverses, la publicité commerciale s’insinue dans les écoles...
Pourtant, les enfants sont un public fragile et influençable qu’il faut protéger. Pourtant, l’école cherche à former de futurs citoyens et non de futurs consommateurs.

Acceptons-nous que l’école devienne une nouvelle cible pour les publicitaires, alors que la société de consommation a déjà beaucoup d’autres moyens de s’étendre ? Voulons-nous que, par conséquent, l’enseignement soit progressivement teinté d’intérêts commerciaux ? De l’autre côté de l’Atlantique, des enfants apprennent déjà à lire en regardant des publicités sur écran...

Réagissons à cette intrusion ! L’alerte est lancée par cette 1re journée nationale, le 27 septembre 2013.

Enseignants, parents, associations... faisons entendre le message « Stop pub à l’école » !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et images : Stop pub à l’école

Lire aussi : Comment libérer les enfants de la télévision

15 novembre 2019
Une taxe carbone « juste » pour concilier justice fiscale et écologie
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto