Les constructeurs automobiles sapent la lutte contre le changement climatique

Durée de lecture : 3 minutes

17 janvier 2008 / Greenpeace

Ils avaient promis pour 2008 des véhicules émettant moins de 140 g de gaz carbonique au kilomètre. On les attend toujours. Et les constructeurs européens retardent autant qu’ils le peuvent l’adoption de normes plus écologiques d’émission.

A l’ouverture des salons de l’automobile de Bruxelles et de Vienne, Greenpeace interpelle les constructeurs automobiles européens afin qu’ils prennent leurs responsabilités en matière de réduction des émissions de CO2. Leur minutieux travail de sape des efforts européens sur l’amélioration de l’efficacité des véhicules est inacceptable. La crise du climat n’est pas une opportunité pour campagnes de publicité, mais une obligation d’action pour tous. A Bruxelles, Greenpeace vient de dérouler une grande banderole représentant un Pinocchio vêtu d’une combinaison de course automobile à l’effigie des marques de l’ACEA, l’Association Européenne des Constructeurs Automobiles . « A l’instar de Pinocchio, qui ne pouvait devenir un vrai petit garçon tant qu’il continuait à mentir, les constructeurs automobiles ne seront jamais « verts » tant qu’ils continueront à vendre des véhicules plus lourds et plus puissants ! » déclare Helen Périvier, chargée de la campagne Efficacité pour Greenpeace International. Prêts à tout pour protéger le marché des véhicules lourds et puissants, les constructeurs ont réussi le mois dernier à affaiblir la proposition de l’UE, en faisant passer l’objectif initial de 120 à 130g de CO2 par kilomètre à horizon 2012 et en ajoutant des dispositifs de flexibilité tout à fait inacceptables. « Les constructeurs automobiles s’évertuent à véhiculer une image verte. Mais derrière les prototypes et autres voitures modèles qui sont mis en avant, se cache un véritable lobby visant à entraver toute législation protégeant le climat , ajoute Karine Gavand, chargée de campagne Climat à Greenpeace France. Le climat n’est pas une opportunité pour des campagnes de publicité, c’est une obligation à agir dont ne peuvent se dispenser les constructeurs automobiles. Les technologies existent, l’inaction est criminelle ! » Il y a 10 ans, les constructeurs automobiles européens avaient promis, via un accord volontaire, de réduire la moyenne de leurs émissions à 140 g/km d’ici à 2008. Mais les progrès des constructeurs pour réduire ces émissions ont été très insuffisants, et leurs promesses se sont révélées n’être qu’une tactique pour retarder tout standard contraignant. Ainsi, alors que les technologies existent, les constructeurs automobiles continuent à se soustraire à leur responsabilité dans la lutte contre les changements climatiques ! « Les constructeurs français Renault et PSA émettent moins que leurs concurrents allemands et suédois. Pourquoi défendent-ils une position inacceptable du point de vue climatique et surprenante du point de vue stratégique ? » conclut Karine Gavand. Pour Greenpeace, la proposition européenne échouera à réduire véritablement les émissions de CO2 si les décideurs politiques ne s’accordent sur : · une moyenne d’émission de 120 g de CO2 par km d’ici 2012 et de 80 g d’ici 2020 ; · un critère de répartition de l’effort basé non sur le poids mais sur l’utilité des véhicules ; · la mise en place de pénalités fortes dès 2012.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.greenpeace.org/france

20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune
18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien