Les déboulonneurs en garde à vue

Durée de lecture : 1 minute

1er mars 2009 / Collectif des déboulonneurs de Paris

Les déboulonneurs luttent contre l’affichage publicitaire illégal. Lors de leur dernière action non-violente, six d’entre eux ont été placés en garde à vue et restent en rétention dimanche soir 1 mars.

Six membres du collectif antipublicitaire des Déboulonneurs ont été
placés en garde à vue samedi après-midi, suite à la 34è action de
barbouillage du collectif parisien.

Sous les yeux d’un public de 80 sympathisants venus en soutien, ainsi
que de 40 policiers et d’une dizaine de journalistes, ils avaient
inscrit des slogans antipublicitaires sur 3 panneaux de l’afficheur
Avenir (groupe JC Decaux), situés à hauteur du 53 boulevard de
Rochechouart, près du métro Pigalle (9è arr.).

Parmi les slogans inscrits, on pouvait lire : « VITRINE DU MENSONGE », « 
VIOLENCE ECONOMIQUE », « LEGITIME REPONSE », ou encore « 50x70 », qui
correspond au format maximal en centimètres revendiqué pour toutes les
affiches publicitaires.

L’action de désobéissance civile s’est déroulée dans un calme parfait,
Les barbouilleurs ont ensuite été conduits au commissariat de la rue du
Faubourg Saint-Honoré (8è arr., 01.53.77.62.20)

Après 20 heures de garde à vue, on ignore toujours le motif de leur
rétention.

En 34 actions menées depuis novembre 2005, c’est la première fois que
des barbouilleurs ne sont pas relâchés par la police à l’issue des 4
heures réglementaires d’interpellation.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Collectif des déboulonneurs de Paris.

Info : http://www.deboulonneurs.org

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir




Du même auteur       Collectif des déboulonneurs de Paris