Les dinosaures s’obstinent

27 avril 2009 / Hervé Kempf

Ce devait être - ce doit être - un projet exemplaire, enthousiasmant, prometteur : sur un terrain de 175 hectares, situé à côté des usines Renault de Flins, trois jeunes paysans s’installent, en agriculture biologique. Ils ont été choisis au terme d’un appel d’offres rigoureux - plus de 60 candidats ! -, entrepris par plusieurs agences et administrations, et dans le cadre du schéma directeur régional prévoyant le maintien de terres agricoles. Le tout sur une zone de captage d’eau alimentant près de 400 000 Franciliens. Ainsi donc, il serait possible de réinventer un avenir, de préserver des terres cultivées d’une urbanisation incontrôlée, de donner le feu vert à l’agriculture de demain ? Il serait possible de traduire une utopie modeste dans la réalité ? Oui ?

Non. Les dinosaures, les hommes du passé, les bétonneurs de toujours, les nostalgiques des gaz d’échappement veillent au grain : en octobre 2008, la préfète des Yvelines prend des arrêtés changeant la destination des terres, afin de permettre au conseil général d’y lancer un projet de circuit de formule 1 visant à accueillir le Grand Prix de France. Sur son site Internet, le conseil précise sans rire : « Notre démarche est développement durable. »

Formule 1 : activité consistant à faire tourner des voitures le plus vite possible sur un circuit clos. Bruit, pollution, consommation d’essence, gaz carbonique, gros moteurs, machisme de base, fascination des foules mâles, télévision, droits télévisés, argent, beaucoup d’argent.

Mais, interrogent les ignorants, il y avait un circuit, à Magny-Cours (Nièvre), qui a accueilli ledit Grand Prix pendant dix-sept ans. Pourquoi couler du béton nouveau ? Pourquoi ? Parce que Bernie Ecclestone, président d’un organisme qui distribue les licences de Grand Prix et capte avec le génie des cupides les droits télévisés, ne veut plus de Magny-Cours.

L’amour du sport a conduit M. Ecclestone à accumuler une fortune de 2,4 milliards de livres. L’amour du sport conduit les hommes politiques des différents pays à se coucher devant ce monsieur. Les vaillants édiles des Yvelines - encouragés par divers ministres, comme Bernard Laporte, secrétaire d’Etat aux sports et homme d’affaires - sont donc prêts à débourser 112 millions d’euros pour leur piste de béton. Cent douze millions pour commencer, car ce genre de sauterie coûte toujours plus cher que prévu. Les contribuables paieront... La place manque pour détailler le dossier, qui ne tient pas debout. On ne peut qu’espérer que les décideurs ultimes sauront raison garder.

Au fait : une formule 1 consomme environ 1 l d’essence au kilomètre. Le véhicule mis au point par des étudiants de l’université de Laval, au Québec, qui a remporté le Shell Eco Marathon d’Amérique le 18 avril, a roulé 1 172 km avec... 1 litre ! Soit une consommation mille fois moindre. A votre avis, de quel côté est l’avenir ? Que périssent les dinosaures, vive Homo sapiens !




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Article publié dans Le Monde du 26-27 avril 2009.

Pour en savoir plus : http://www.collectif-flinssansf1.org/

et : http://www.yvelinesf1.fr/categories...

13 novembre 2018
Cette guerre de basse intensité contre toute forme de révolte
Tribune
12 novembre 2018
À Marseille, la nouvelle rocade isole et pollue les quartiers nord
Reportage
12 novembre 2018
La taxe carbone est utile si elle sert à des politiques écologiques
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Hervé Kempf