Les écolos sont trop bobos

Durée de lecture : 3 minutes

25 mars 2010 / Gaetan Brustier



« La question de l’égalité est la seule thématique qui pourra rassembler à gauche 30 à 35% des inscrits. »


- Dans le détail, dans quel état est la gauche ?

Gaël Brustier : Le PS n’a pas gagné cette élection. Il ne parvient pas à reconquérir l’électorat populaire. Quand on regarde les taux de participation aux marges de Paris, c’est très faible. Ségolène Royal y est un peu parvenue dans sa région. C’est pourtant cette catégorie de population qui fera la décision en 2012.

Le NPA a chuté sur l’histoire du voile. Il y a eu une démobilisation massive. Le Front de gauche fait un bon score nationalement, mais les espaces périurbains n’adhèrent pas à ce discours de la gauche de gauche. Ils font 6,4% dans le 3è arrondissement et 5,7% dans le Val d’Oise…

On parle beaucoup du score d’Europe écologie, intronisé troisième force politique du pays. Il ne représente que 6% des électeurs. C’est un électorat très friable et très « ville-centre ».

Il y a toute une France que les intellectuels de système ne veulent pas voir. La gauche ne parvient pas à leur parler. Du côté du PS, Ségolène Royal y est un peu parvenu.

- Vous soulignez la déconnexion de la gauche et du peuple. Y-a-t-il une prise de conscience à gauche de cette déconnexion ?

Il y a un début de prise conscience transversale. Chez les proches de Royal et d’Aubry, au PC, même chez Europe Ecologie avec quelqu’un comme Stéphane Gatignon. Mais, ils n’ont pas réussi à faire faire à Duflot la campagne qu’elle aurait dû faire pour gagner. L’idée d’un tarif unique du pass Navigo était excellente. Mais très vite, ils retombent dans leurs travers bobos-urbains sur le thème : « il faut pas désespérer Montorgueuil ».

Pour revenir au PS, c’est un parti qui est encore beaucoup trop connecté à la sociologie de la nouvelle synthèse socialiste. Ceux qui résistent sont ceux qui « pensent savoir ». Par exemple Delanoë a une vraie difficulté à appréhender la France périphérique.
La seule question que doit se poser ce parti, c’est celle de l’égalité, c’est la seule thématique qui pourra rassembler à gauche 30 à 35% des inscrits. Tant que les partis de gouvernement s’appuieront sur des bases électorales de 10 à 15% des inscrits, ce pays sera ingouvernable.

- Est-ce que cette élection sonne la fin du mirage sarkozyste ?

Je n’en suis pas sûr. Sarkozy n’est pas stupide. Personne ne s’opposera à lui à l’UMP. Il est bien entouré. Je ne parle pas du gouvernement mais de ses conseillers. Tant que Buisson et Guaino seront à la manœuvre, il peut retourner la situation. Ces deux-là sont d’une astuce redoutable. Il y a une droitisation que la gauche ne veut pas voir et cet électorat sarko-lepéniste qui s’est éloigné de lui à l’occasion de ces régionales, il n’aura pas grand mal à le récupérer lors des présidentielles. Les régionales ne sont pas des élections très politiques. Contrairement à ce qu’il se dit, le débat sur l’identité nationale a été plus utile à la droite qu’on le prétend. La gauche est retombé dans ses vieux travers, les réflexes pavloviens des années 80, criant immédiatement à l’anti-racisme. Et aujourd’hui la ligne du PS ne permet pas la reconquête des électeurs d’en face.

- Dans votre livre vous espériez une alternative avec l’émergence d’une coalition sociale majoritaire. Ca progresse ?

C’est difficile. Il y a un frémissement. Le vieux monde ne veut pas mourir. Mais des éléments de l’ancien monde prennent conscience des choses. Est-ce que pour autant la gauche saura construire un programme, un projet, un discours d’ici à 2012 ? Je crois assez à l’hypothèse Prodi 2006. Une gauche sans véritable programme alternatif victorieuse sur le fil mais sous la pression culturelle permanente de la droite. D’où une véritable difficulté à gouverner dans la durée.

Propos recueillis par Régis Soubrouillard






http://www.marianne2.fr/Brustier-2-... et http://www.marianne2.fr/Brustier-3-...

L’auteur : Docteur en sciences politiques, Gaël Brustier est l’auteur avec Jean-Philippe Huelin du livre Recherche le peuple désespérément (Bourin éditeur). Il analyse les ruptures apparues entre les élites et le peuple depuis une trentaine d’années.

Ecouter aussi : Pourquoi les gens s’abstiennent-ils de voter ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

22 septembre 2020
À Dijon, une zad pour préserver un îlot de nature en ville
Reportage
23 septembre 2020
En Allemagne, les activistes d’Ende Gelände repartent au charbon
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage