Les espèces invasives menacent la biodiversité de l’Antarctique

Durée de lecture : 3 minutes

6 mars 2012 / CNRS et IPEV

Les graines transportées involontairement par les visiteurs pourraient perturber la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes du 6e continent


Une équipe internationale de scientifiques, parmi lesquels Marc Lebouvier, écologiste terrestre du laboratoire ECOBIO (Université de Rennes I/CNRS) et coordinateur de la Zone-Atelier de recherches sur l’environnement antarctique, et Yves Frenot, directeur de l’Institut Polaire Français (IPEV), présente pour la première fois, dans un article publié la semaine du 5 mars dans les PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences), une évaluation du rôle des visiteurs dans le transport et l’introduction accidentelle de graines lors de leur voyage en Antarctique.

A l’occasion de l’Année Polaire Internationale 2007-2008, plus de 5600 personnes rencontrées sur les navires ou avions de dessertes des programmes antarctiques nationaux ou des navires de tourisme ont répondu à un questionnaire sur leur origine et sur les pays fréquentés avant leur voyage en Antarctique. 853 d’entre eux se sont prêtés à un examen minutieux de leurs effets personnels afin de déterminer à la fois le nombre de graines transportées et les espèces végétales concernées.

Au total, ce sont plus de 2600 propagules, graines ou fragments végétaux capables de participer à la dissémination des plantes, qui ont été récoltées dans les effets de ces volontaires. 43 % de ces propagules ont pu être identifiées au niveau de l’espèce végétale. La moitié de ces espèces sont adaptées à des environnements froids et pourraient supporter les conditions rencontrées dans les régions de l’Antarctique les plus fréquemment visitées.

Bien que les auteurs aient trouvé que les visiteurs transportent en moyenne moins de 10 graines chacun, plusieurs espèces invasives ont déjà pu s’établir à l’ouest de la Péninsule Antarctique, dans une région déjà fortement touchée par le réchauffement et où les futurs changements climatiques sont susceptibles de faciliter l’installation de nouvelles espèces, originaires de régions plus tempérées.

L’étude a aussi permis de discriminer les contributions respectives des différents types de personnes se rendant en Antarctique : les équipages de navire / avion, les touristes, leurs guides, les scientifiques et les personnels logistiques et de maintenance des bases polaires. Si les touristes et les membres d’équipages transportent moins de graines que les scientifiques, les guides ou les personnels logistiques des bases, leur nombre est quatre fois plus important et leur fréquentation est concentrée sur un petit nombre de sites.

Enfin, les chercheurs ont évalué la probabilité pour ces espèces étrangères de s’établir en Antarctique dans les conditions climatiques actuelles et, à l’horizon 2100, en se basant sur les scénarios climatiques du GIEC en relation avec les émissions de gaz à effet de serre. Cette étude propose, pour la première fois, une évaluation des risques d’établissement d’espèces étrangères à l’échelle du continent lui-même.

Les auteurs mettent en exergue les risques potentiels d’invasions biologiques en Antarctique en relation avec l’évolution rapide des conditions climatiques et soulignent les impacts que cela pourrait avoir sur la biodiversité et les écosystèmes locaux. Cette étude fournit aux signataires du Traité sur l’Antarctique et du Protocole pour la Protection de l’environnement, dit aussi Protocole de Madrid, des bases de réflexion pour minimiser les risques d’introduction d’espèces sur le continent blanc.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de l’Institut Polaire français et du Centre national de la recherche scientifique

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info