Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

Les étoiles du documentaire, à Paris

Date
Du vendredi 5 novembre au dimanche 7 novembre 2021
https://evenements.scam.fr/Festival...

Une sélection exigeante de trente films. Trente regards qui
sont autant de points de vue singuliers portés sur des situations
particulières, qu’elles soient collectives ou individuelles.

LES OMBRES DE L’HISTOIRE

Pendant la guerre d’Algérie, plus de deux millions de personnes ont été déplacées par l’armée française et regroupées dans des camps. À l’origine du film de Dorothée-Myriam Kellou, À Mansourah, tu nous as séparés,
il y a le silence de son père Malek, qui
comme tant d’autres a tu ce déracinement.
De retour en 2020 à Talish, après quatre ans d’exil, les deux copains arméniens du film d’Alexis Pazoumian, Haut-Karabakh : deux enfants dans la guerre, et leurs parents, tentent de reprendre leurs vies interrompues par les bombardements de 2016. Mais, fin
septembre, la guerre avec l’Azerbaïdjan
éclate et le village est occupé. Il faut
encore fuir et tout recommencer, ailleurs… Dans les ruines de l’aéroport de Gaza, Manu Gerosa suit l’entraînement des jeunes de l’équipe de Parkour. One More Jump, plus loin, plus haut, pour tenter d’échapper
à l’enfermement du conflit. Depuis des
hélicoptères de combats, Eléonore Weber propose une plongée saisissante en zone de guerre. Il n’y aura plus de nuit, compilation d’images tournées en vol, nous permet de suivre les opérations en direct. Au sol, des cibles sont visées de jour comme de nuit, sans le savoir. De l’apparition du travail à la chaîne à la montée du fascisme et du nazisme, ce troisième épisode de la série de
Stan Neumann et Joris Clerté, Le Temps
des ouvriers – 3. Le Temps à la chaîne
(1880-1935) rend un vibrant hommage au monde ouvrier et à ceux et celles qui ont lutté pour améliorer leur condition.

FEMMES DE COMBAT & COMBATS DE FEMMES

Dans L’Envers d’une histoire : un siècle
yougoslave, Mila Turajlić filme sa mère.
Une porte condamnée dans l’appartement familial de Belgrade sert de point de départ à cette chronique qui révèle le parcours révolutionnaire de cette femme et son combat toujours actuel, dix ans après la chute de
Slobodan Milosević. C’est également l’investissement de toute une vie que nous donnent à voir Rachel Leah Jones et Philippe Bellaïche à travers le portrait de Lea Tsemel, avocate, juive israélienne qui se bat depuis un demisiècle pour la cause des Palestiniens. Indéfendable aux yeux de ses confrères israéliens. Rendre les morts aux vivants qui continuent d’attendre, c’est la
mission que s’est assignée Darija après la découverte d’un charnier au nord de la Bosnie, vingt-cinq ans après la guerre. Taina Tervonen sillonne avec elle le pays dans Parler avec les morts. Marine Ottogalli et Aël Thery suivent jour et nuit Ayi et ses semblables dans les rues de Shanghai, où elles luttent pour survivre et sauver leur métier de cuisinière de rue qui ne répond plus aux normes actuelles. Naître d’une autre de Cathie Dambel s’intéresse à toutes les questions éthiques et morales que se pose l’équipe féminine qui dirige le service de GPA (gestation pour autrui) à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles.

UN MONDE EN MUTATION

Au fond d’une vallée, Bessèges a tout perdu, ses mines, sa verrerie, son aciérie, sa fonderie… Reste au long des rues, une enfilade d’enseignes aux rideaux baissés… Restent aussi quelques fiers résistants de la débrouille et inventeurs de lendemains entre misère et poésie. Manuela Frésil nous raconte
leur quotidien dans L’Argent ne fait pas le bonheur des pauvres. Mêmes rires, même souci de l’autre et mêmes colères sur la butte Bellevue à Marseille, filmée par Philippe Pujol dans Péril sur la ville : cet été-là, les habitants de ce village où l’on parle italien, arabe ou comorien, redoutent la modernisation programmée de leur quartier et la disparition de son âme. Les images d’Antoine Boutet dans Sud eau nord déplacer distillent une semblable désespérance, des vies aux horizons restreints et bouleversés
par une décision étatique hors normes : réaliser le plus gros transfert d’eau au monde entre le sud et le nord de la Chine. Les conséquences environnementales et sociales sont elles aussi colossales. La plongée dans le quotidien des travailleurs précaires de l’économie numérique à laquelle nous invitent Henri Poulain et Julien Goetz avec Invisibles, les travailleurs du clic est
tout aussi révoltante.

L’ART, ESPACE DE LIBERTÉ

Danser sa peine, c’est le pari du chorégraphe Angelin Preljocaj, filmé par Valérie Müller, faire danser, « hors les murs sur des scènes prestigieuses » des détenues de longues peines, incarcérées à la prison des Baumettes. Elles n’ont jamais dansé. Dans Le Monde est un théâtre d’Anouk Burel, le propos
de la compagnie de théâtre L’Oiseau-Mouche, seule en France à former au métier d’acteur des personnes en situation de handicap, est identique, retrouver confiance et estime de soi à travers la libération des corps et de
la parole. Dans Khamsin, Grégoire Couvert et Grégoire Orio suivent des musiciens libanais venus de différents horizons à Beyrouth pour créer une scène musicale underground. Au milieu des crises toujours latentes, c’est pour cette jeunesse l’unique moyen de
résistance. Percer les secrets de la vibration des sons, c’est l’immersion que
propose Sebastiano d’Ayala Valva, en quête de son mystérieux aïeul, le compositeur surréaliste Giacinto Scelsi dans Le Premier mouvement de l’immobile.
À l’été 1937, Man Ray et sa compagne
retrouvent un groupe d’amis à Mougins. Il y a là Pablo Picasso et Dora Maar, Paul Eluard et Nush, Roland Penrose et Lee Miller. C’est Un été à la Garoupe que nous raconte François Lévy-Kuentz.

À LA POURSUITE D’UNVE

Avec pour terrain de jeu l’immensité des forêts tropicales colombiennes qu’il parcourt inlassablement, le botaniste Julio Betancour poursuit son rêve : recenser puis classer les millions d’espèces qui la composent. Il est
l’Homo Botanicus de Guillermo Quintero. Trouver sa vocation… Jeune animateur de village vacances, Abdel tombe amoureux des mots de Brel. De son côté, Sloane, élève d’un lycée de province, se découvre une passion
pour la danse contemporaine. Deux virages inattendus filmés par Laetitia Mikles et Olivier Lemaire dans Que l’Amour et Celui qui danse. Pour autant, la force du désir suffit-elle à obtenir un métier, une place ? C’est la question à laquelle sont confrontés les jeunes étudiants venus du monde entier à
l’Académie des Beaux-Arts de Carrare, filmés par Daniela de Felice dans Mille fois recommencer. C’est à cette même interrogation que répondent les dix jeunes issus des territoires ultramarins et arrivés en France pour réaliser leur rêve de devenir comédiens.
Une immersion dans l’apprentissage de la création, doublée d’une aventure humaine, suivie par Marie Maffre dans Au-delà des mers, rêves de théâtre.

PAROLES INTIMES

« L’histoire amoureuse qui m’avait amené dans le village d’Alsace où je vis est terminée depuis six mois. À quarante cinq ans, je me retrouve désormais seul, sans voiture, sans emploi ni réelle perspective d’avenir… » Ce sont les mots de Frank Beauvais, les premiers de Ne croyez surtout pas que je hurle, un récit autobiographique uniquement constitué
des plans issus de plus de 400 films regardés par le cinéaste entre avril et
octobre 2016.
Pour Mohamed El Khatib, l’impossible oubli, c’est celui de sa mère. Son film Renault 12, road-movie intime et épique entre la France et le Maroc, retrace son parcours de deuil et sonde les notions d’identité, de culture et d’héritage. Encore des accents doux-amers
avec Papa s’en va de Pauline Horovitz. Dans ce nouveau chapitre, la fille cinéaste qui filme son père depuis 2009 observe ce médecin gynécologue, jeune retraité, faire ses premiers pas dans sa nouvelle vie. Pierre-Emmanuel Luneau-Daurignac a mené durant deux ans, à travers six pays, une enquête implacable sur le monde du sport et ses dérives sexuelles pour comprendre les racines
de ce phénomène mondial : Violences sexuelles dans le sport, l’enquête.

PORTRAITS

À la frontière entre Mongolie et Sibérie, les tribus nomades vivent de l’élevage de chevaux semi-sauvages. Or, depuis quelques années, des voleurs sévissent et revendent les bêtes à des abattoirs russes. Shukhert, Le Cavalier mongol du réalisateur ethnographe Hamid
Sardar-Afkhami, aux allures de justicier, les poursuit sans relâche. Les grands ensembles des Mureaux, en région parisienne, ont été construits dans les années 1960 à proximité de l’usine de Renault-Flins. Dans son film
De cendres et de braises, Marion Ott nous fait entendre la parole des habitants de ces cités et dresse un portrait à la fois poétique et politique d’une banlieue ouvrière en mutation. Bastien parle à visage découvert, face caméra. À vingt ans à peine, il milite déjà depuis longtemps dans les rangs du Front National. Alternant des scènes
tournées tout au long de la dernière campagne présidentielle et entretiens recueillis un an plus tard, La Cravate, d’Etienne Chaillou et Mathias Théry suit sans jugement le cheminement de la pensée d’un jeune homme ordinaire…
Gilles Caron, au sommet d’une carrière de photojournaliste fulgurante, disparaît brutalement au Cambodge. Il a tout juste trente ans. Lorsque Mariana Otero découvre son travail, une photo faisant écho à sa propre histoire retient son attention. Elle se plonge alors corps et âme dans les 100000 clichés du photoreporter. Histoire d’un regard de Mariana Otero et Jérôme Tonnerre,
raconte cette trajectoire singulière.

Précisions

Adresse :
Forum des Halles (Porte Saint-Eustache),
2 rue du Cinéma – 75001 Paris

Métro :
Les Halles, ligne 4 (sortie Saint-Eustache, Place Carrée) et Châtelet, lignes 1, 7, 11 et 14 (sortie Place Carrée)
RER : Châtelet-Les Halles, lignes A, B et D
(sortie Rambuteau puis Forum – Place Carrée)

Bus :
67, 74, 85 arrêt Coquillière les Halles

Stations Vélib’ :
29 rue Berger/1 place Marguerite-de-Navarre/14 rue du Pont-Neuf

Voiture : Parking Saint-Eustache (entrées rue de Turbigo, rue du Louvre, rue du Pont-Neuf)

Accès pour les personnes à mobilité réduite : utiliser l’ascenseur porte Rambuteau et descendre au niveau –3 pour rejoindre la rue du Cinéma et le Forum des images.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende