Les paysans se retrouvent à Cochabamba

Durée de lecture : 2 minutes

18 avril 2010 / Via Campesina

La Journée internationale des luttes paysannes a été célébrée le 17 avril, avant la Conférence des peuples sur le changement climatique qui s’ouvre à Cochabamba, en Bolivie.


Les paysannes et les paysans des mouvements paysans à niveau mondial, membres de La Vía Campesina, ont célébré le 17 avril, la Journée internationale des Luttes paysannes, date à laquelle ils réaffirment leur engagement en vue de l’intensification des mobilisations en faveur des droits des paysannes et des paysans du monde entier. En souvenir de cette date, les délégué(e)s de différents pays, se sont retrouvés Plaza del 14 de septiembre à Cochabamba, en Bolivie, afin qu’elle ne soit pas oubliée et que les luttes du secteur paysan acquièrent de plus en plus de force.

Les femmes et les hommes de La Vía Campesina Bolivia ainsi que les délégué(e)s de toutes les parties du monde commémoraient l’assassinat, en 1996, de 19 paysannes et paysans qui luttaient pour l’accès à la terre dans l’Etat de Para au Brésil. Elle rappelle également l’assassinat de 5 de nos camaradas des peuples autochtones, dont un enfant et une femme, assassinés le 17 avril 1997, pour avoir mené une vigile pendant 3 mois en défense de la Madre Tierra et de la culture de la feuille de coca en Bolivie.

Soulignons également, qu’en Bolivie, justement à Cochabamaba, des milliers de paysannes et de paysans du monde entier se retrouveront au début de la semaine qui vient pour participer à la Conférence des Peuples sur le Changement climatique et les Droits de la Mère Terre convoquée par le président Evo Morales, évènement auquel participent plus de 300 membres de La Vía Campesina. Selon les organisateurs, il y a plus de 7.500 inscrits à ce sommet. En outre, nous avons appris que près de 3.000 paysannes et paysans de La Vía Campesina Bolivia descendront de leurs communautés pour défendre l’agriculture paysanne et la justice climatique.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://viacampesina.org/fr/index.ph...

Lire aussi : Un sommet des peuples sur le climat en avril et en Bolivie http://www.reporterre.net/spip.php?...

9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune
7 juin 2019
Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
Enquête
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito




Du même auteur       Via Campesina