Les poulpes ont-ils un « moi » intérieur ?

Durée de lecture : 1 minute

1er mars 2018 / Peter Godfrey-Smith

« Le prince des profondeurs » décrit par Peter Godfrey-Smith dans son livre est le poulpe, un animal capable d’interactions complexes et doté d’une personnalité.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Il possède un énorme cerveau — quasiment autant de neurones qu’un chat — localisé en partie dans ses huit bras. Il « voit » et « goûte » avec la peau, dont la couleur change instantanément pour mieux le camoufler. Dépourvu d’os, il se faufile à travers la moindre fente — oubliez les cages ! Il joue, adore collectionner les objets, apprend de ses erreurs comme de ses succès et reconnaît les humains… Ce prince des profondeurs, c’est le poulpe, dont on commence simplement à mesurer l’intelligence, que Charles Darwin avait déjà pressentie.

Mais il y a plus extraordinaire encore… En explorant Octopolis, une étrange cité sous-marine fondée par des poulpes, Peter Godfrey-Smith découvre des animaux capables d’interactions complexes et dotés de surprenantes personnalités. Sa vie bascule lorsqu’une seiche le regarde au plus profond de l’âme : mais que nous disent donc ces êtres ? Se pourrait-il que nous ne soyons pas la seule branche du vivant à disposer d’un « moi » intérieur ? Et si oui, de quelle conscience témoignent les poulpes, seiches, calmars et autres céphalopodes ?

Une fascinante rencontre du troisième type, qui éclaire en filigrane l’émergence d’une autre intelligence, la nôtre.


  • Le prince des profondeurs. L’intelligence exceptionnelle des poulpes, de Peter Godfrey-Smith, traduction (anglais) de Sophie Lem, éditions Flammarion, février 2018, 352 p., 21 €.

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête