Faire un don
26727 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
33 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Les riches des pays pauvres doivent être mis à contribution

Durée de lecture : 2 minutes

29 septembre 2008 / Hervé Kempf

Une proposition innovante pour intégrer l’inégalité sociale dans la lutte contre le changement climatique.


Paul Baer ne paye pas de mine. Queue de cheval, barbu et sans cravate, cet écologiste est pourtant une grosse tête : PhD de l’université de Berkeley (énergie et ressources), il passe une partie de son temps sur un projet de recherche à l’université Stanford (Etats-Unis). A 46 ans tout juste, il est surtout le coauteur d’un des projets de politique climatique les plus excitants du moment.

Cette étude part du principe que, si l’humanité veut rester en deçà d’un réchauffement du globe de 2 °C, elle devra réduire drastiquement ses émissions, de l’ordre de 80 % d’ici à 2050. Mais ce changement peine à se réaliser, en raison des réticences des pays du Nord à changer leur comportement, et en raison de l’objectif légitime des pays du Sud à se développer. Pour sortir de cette impasse, le groupe Ecoequity de Paul Baer propose un changement de paradigme : le droit au développement d’une grande partie de la population mondiale doit être reconnu, assure-t-il, et aucune contribution ne devrait être demandée aux personnes situées en dessous d’un niveau de pauvreté global, que l’on peut situer à 20 dollars par jour. Les auteurs appellent ce niveau le « seuil de développement »

Deuxième idée : les « pays du Sud » ne doivent plus être considérés comme un bloc. Dans de nombreux pays émergents sont apparues des classes moyennes et riches, disposant de revenus plus élevés que ce seuil. Or, explique Paul Baer, « les riches ne devraient pas avoir le droit de polluer sans limite sous prétexte que leur pays est pauvre. En fait, les personnes situées au-dessus de ce seuil ont réalisé leur droit au développement et ont la responsabilité de préserver ce droit pour les autres ».

Ecoequity propose donc de sortir de l’opposition stérile Nord-Sud, pour intégrer l’inégalité sociale dans le raisonnement : on demanderait une contribution pour financer les mesures de réduction des émissions aux classes moyennes et riches du monde entier. Bien sûr, les pays du Nord resteraient les principaux contributeurs : aux Etats-Unis, près de 95 % de la population se situe au-dessus du niveau de 20 dollars par jour, contre environ 5 % en Inde et 20 % en Chine.

La proposition d’Ecoequity n’est-elle pas utopique ? « Je dirais plutôt idéaliste, répond Paul Baer. Il faut proposer des nouveaux concepts pour faire avancer les choses. » « C’est utile, observe Brice Lalonde, ambassadeur français chargé des négociations sur le changement climatique. Ce type d’idées nous sert de boussole pour orienter les négociations. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Cet article est paru dans Le Monde du 28 septembre 2008, sous le titre : « Climat : mettre à contribution les riches des pays pauvres ».

Infos : http://www.ecoequity.org/

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
9 décembre 2019
Rénovation énergétique : comment passer à la vitesse supérieure ?
Alternative
9 décembre 2019
« La grève est écologique : elle limite la production »
Entretien




Du même auteur       Hervé Kempf