Les sages ou les fous : et si la poésie nous guidait...

Durée de lecture : 2 minutes

6 mars 2013 / Christine Arfeuilleres

Un jour, un pêcheur triste édifia une maison bizarre et inspirée. Ce qui, par un détour vagabond de la pensée, conduit aux dessins de Folon, et au rappel de l’indispensable poésie pour comprendre le monde.


A Dives-sur-mer, près d’Houlgate (Calvados), il y avait une petite maison bleue recouverte de créations prolifiques (un peu comme « le facteur Cheval »), sculptures, mosaïques...

L’artiste propriétaire était un simple pêcheur, comme autrefois, dont la vie avait été bouleversée quand les Russes on envoyé dans l’espace, ficelée à bord d’un Spoutnik, la petite chienne Laïka, cobaye malgré elle, d’un voyage que l’on savait sans retour. De ce jour il n’avait cessé de pleurer et de recouvrir sa petite maison d’hommages à Laïka.

J’ai récemment travaillé pour ceux qui, un jour ou l’autre, disjonctent et s’évadent du réel comme ils le peuvent. On parle de maladie mentale, de souffrance psychique... On ne comprend pas toujours leur message.

Et puis, les merveilleux dessins de Folon me sont revenus en mémoire.

Il me semble qu’il nous faut re-visiter l’oeuvre de Folon et s’inspirer de cette poésie pour remuer nos politiciens et leur monter le chemin des vraies chances de la vie, des vraies énergies qui sont nos trésors, de la vraie croissance.

Les dessins de Folon en disent plus long que tous les discours sur la fragilité humaine, nos désirs grandioses, nos minuscules prouesses et nos vanités, « poussières d’étoile » selon H.Reeves.

Nous ne sommes que des rêveurs sans tête ni mémoire. Mais il y a une richesse en nous qui s’appelle la sensibilité, l’amour - amour d’autrui, amour de la beauté de cette planète, paradis perdu dans l’infini du cosmos. Un paradis que personne ne pourra jamais échanger contre tout l’or du monde : l’amour qui éloigne les guerres, les peurs, les jalousies mortelles.

Oui, Folon est un interprète universel, comme beaucoup d’autres sages poètes, musiciens, ermites ou vagabonds. Sages, ou fous : prenons-les pour guides et porte-paroles... Organisons des expos poétiques pour un avenir de paix et d’amour partagé.

Bonne nuit, malgré toutes les menaces et les mauvais jours, un beau matin, le ciel redevient bleu...




Source : Courriel à Reporterre

Photo de la maison de Dives : Pays d’Auge Expansion / Pays d’art et d’histoire.

Dessin : Folon Art

Lire aussi : Poème de la D.E.C.R.O.I.S.S.A.N.C.E.

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Christine Arfeuilleres