Lobbying pro-aéroport : voici l’appel d’offres

Durée de lecture : 7 minutes

15 décembre 2012 / Syndicat mixte aéroportuaire // Marc Rees (PC Inpact) / Jérôme Jolivet (Reuters)



Pour tenter de faire remonter sa cote dans l’opinion publique, le Syndicat mixte aéroportuaire va financer, aux frais des citoyens, des actions de lobbying et de communication en faveur du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

Reporterre publie le texte de l’appel d’offres.


Voici le texte de l’appel d’offres de ce marché de « prestations intellectuelles » :


PC Inpact

Le Syndicat Mixte Aéroportuaire, situé à l’Hôtel de la Région de Nantes, vient de lancer un appel d’offres. Son objet ? Implanter une tour de contrôle sur les médias sociaux et la presse sur l’épineux sujet de Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Un projet largement contesté aussi bien à NDDL que sur Internet.

C’est Presse Océan qui a signalé l’existence de ce marché, nous en publions ci-dessous l’une des principales pièces constitutives :

•Marché de lobbying presse et média sociaux NDDL

L’appel comporte deux volets. L’un visant les médias sociaux, l’autre la presse. Dans tous les cas, les deux prestataires qui remporteront ce marché « devront prendre en compte l’actualité de la réalisation de la future plateforme aéroportuaire du Grand Ouest » et « promouvoir la réalisation de l’Aéroport au niveau des institutions et pouvoirs publics, des réseaux d’influence et des médias à l’échelle nationale et européenne ».

Les chefs de ligne pour cette opération de lobbying seront le directeur général et surtout Jacques Auxiette, président PS de la région et président du Syndicat. Nos prestataires « seront [aussi] en rapport également avec les élus, les Cabinets et les Directions générales des Services des membres financeurs du Syndicat Mixte » indique le document.

Mission de lobbying sur les réseaux sociaux

Le chantier d’influence sur les médias s’annonce ambitieux puisqu’« afin de réaliser ces prestations, les prestataires devront livrer l’ensemble des outils de communication nécessaires à la mission de lobbying : notes de synthèse et notes techniques, argumentaires, montages de réunions et rencontres etc. » Des réunions de coordination et de concertation éviteront les crashs afin que « cette collaboration se passe dans les meilleures conditions ».

Sur les réseaux sociaux, tout sera fait pour promouvoir l’aéroport et donc, en creux, disqualifier les contestations. « Cette stratégie de lobbying et d’influence devra être efficace et opérationnelle » exige le Syndicat Mixte qui réclame des plans d’actions adaptées « pour expliciter les différentes phases de réalisation de la plateforme aéroportuaire ainsi que les impacts socio-économique et spatial de cet équipement sur le développement des territoires concernés. »

Fidéliser les intervenants, les décideurs, les relais, les alliés

Veille « on line » « action rapide sur les médias sociaux » sont au programme de ce plan de vol. Ce n’est pas tout : le Syndicat Mixte Aéroportuaire réclame « l’animation d’un dispositif type « community management » en identifiant et fidélisant les intervenants, les décideurs, les relais et alliés ». Bref, faire du bruit sur le tarmac des réseaux sociaux, mais uniquement pour fleurir le futur chantier de l’aéroport.

En coulisse, l’ode à l’aéroport laisser place à la sécheresse des tableaux Excel de haut vol : « le prestataire devra réaliser et alimenter un tableau de bord de suivi des réseaux sociaux et de l’e-réputation de l’aéroport ».

Ce n’est pas tout, « il devra, en outre, rendre compte de son activité, le prestataire devra rédiger et transmettre un rapport écrit mensuel du travail effectué sur la base d’indicateurs validés par le syndicat mixte. Ce rapport devra contenir a minima les actions entreprises, des statistiques de fréquentation et une analyse qualitative et servira au prestataire pour évaluer sa stratégie. Le prestataire devra faire des propositions pour la recaler le cas échéant. Ponctuellement, le prestataire pourra être amené à assurer une prestation de conseil et d’accompagnement du syndicat mixte dans le développement de sa stratégie de lobbying. »

Un noyau dur de supports et de journalistes prescripteurs

Mais ce n’est pas tout. Outre les Facebook et autre timeline Twitter, le Syndicat Mixte veut également parfumer ses relations avec les journalistes. Le prestataire devrait mener un plan stratégique similaire à l’égard de la presse.

Mais le Syndicat Mixte prend le soin de préciser que cette stratégie portera sur différents points. Par exemple, il s’agira d’ « identifier et fidéliser un « noyau dur » de supports et journalistes prescripteurs », le tout ponctué de « rendez-vous informels avec ces personnes ».

Le prestataire ne devra pas oublier de « transmettre au Syndicat Mixte les éventuelles opportunités de communication et proposer les actions presse adéquates » ni de « recenser les sujets susceptibles d’intéresser les journalistes, pointer les accroches et angles pertinents pour chaque événement ou actualité dans lesquels le Syndicat Mixte peut être impliqué. »

Plus classiquement, le marché attend « un « press book » « des retombées presse, la préparation d’ émissions et interviews », des « conférences de presse » ou que soit assurée « une veille des retombées presse en rapport avec les objectifs cités plus haut permettant les ajustements et les évolutions nécessaires en fonction des résultats obtenus. »

« Ce plan sera validé par le syndicat mixte ». Nos heureux confrères seront ravis de savoir que ce syndicat compte « organiser l’ensemble des actions en direction des journalistes ciblés (conférences de presse, voyages de presse, rendez-vous individuels). » Bien entendu, « le syndicat mixte se chargera des frais techniques (salles, transport, hébergement… des journalistes) au vu des devis fournis par le prestataire. »

L’élaboration d’une stratégie de lobbying et la mise en oeuvre dans les médias sociaux sera facturée entre 50 000 et 120 000 euros HT sur deux ans. Pour la partie « stratégie presse », le Syndicat va mettre sur la table pour la même période entre 20 000 € et 70 000 € euros HT. Le prix à payer pour implanter une tour de contrôle dans les médias et réseaux sociaux.

Marc Rees


Reuters

Soucieux de contrer l’opposition au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes, le syndicat mixte aéroportuaire a lancé un appel d’offres pour mener du lobbying en faveur du projet, selon un document obtenu par Reuters.

Une démarche jugée "inadmissible" par les opposants à l’aéroport, qui soulignent que le Premier ministre et ancien maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, porteur du projet, a mis en place le 30 novembre une "commission de dialogue".

Les candidats à ces prestations de lobbying, qui visent à mieux faire entendre les arguments des pro-aéroport dans les médias sociaux et dans la presse, peuvent se déclarer jusqu’au 7 janvier. La durée du marché porte sur deux ans.

"Le présent marché a pour objet d’assurer des prestations de lobbying et d’influence, de conseils stratégiques et opérationnels, et d’appui pour la mise en place de programmes d’envergure", précise le document révélé par Presse Océan.

La mission du prestataire "portera sur l’élaboration d’une stratégie de lobbying auprès des institutionnels et du grand public afin de promouvoir la réalisation du futur aéroport du grand ouest".

Le président du syndicat mixte aéroportuaire est également président socialiste de la région Pays de la Loire.

Jean-Philippe Magnen, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts et conseiller régional des Pays de la Loire, a dit à Reuters avoir "le sentiment que les pro-aéroport perdent un peu leur sang-froid".

"Leur communication est problématique sur le fond car elle prend des airs de caricature", a-t-il dit.

"C’est paradoxal de mettre l’argent du contribuable dans des actions de lobbying en faveur du projet. Si on fait le pari du dialogue, avec une commission qui s’y consacre, on réévoque les questions de fond du dossier en toute transparence vis-à-vis des citoyens, mais sans l’influencer par ces opérations de communication grand public", a-t-il ajouté.

Julien Durand, porte-parole de L’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport (Acipa), juge cet appel d’offres "totalement inadmissible et inqualifiable".

"J’ai l’impression qu’ils sentent que le projet est en train de leur échapper", dit-il. "C’est de l’argent public, qui vient directement de la région, et qu’on ferait mieux de mettre ailleurs. Je m’interroge sur la manière dont les contribuables vont percevoir ces agissements".

Le futur aéroport doit être mis en service en 2017 à Notre-Dame-des-Landes. Il doit remplacer l’aéroport actuel, situé à Bouguenais, au sud de Nantes.

Cette semaine, l’expulsion des opposants au projet d’aéroport regroupés près de Nantes a été ordonnée par la justice, entraînant des violences.

Jérôme Jolivet



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Sources  :
- Appel d’offres : Syndicat mixte aéroportuaire.
- PC Inpact
- Reuters

Consulter par ailleurs le DOSSIER Notre Dame des Landes



Documents disponibles

  Sans titre
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Alternatives
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête