Lula ne protège pas l’Amazonie

Durée de lecture : 2 minutes

7 juillet 2009 / Greenpeace

A l’international, le président Lula affiche sa volonté de protéger la forêt amazonienne. Mais en pratique, il ferme les yeux sur les processus de déforestation.

Le Président brésilien Lula recevait mardi 7 juillet à l’UNESCO le prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix. Les activistes de Greenpeace ont interrompu la remise de prix et son discours pour lui demander de s’engager pour la protection de l’Amazonie afin de lutter contre les changements climatiques.

Greenpeace demande au Président Lula de commencer par remettre les 122 000 euros du prix aux victimes des changements climatiques au Brésil. A la suite des récentes inondations dans le Nord du pays, 150 000 personnes ont en effet perdu leur domicile. Dans le Sud, une grave sècheresse a dévasté la production de très nombreux agriculteurs.

La déforestation de l’Amazonie fait du Brésil le 4e plus gros producteur de gaz à effet de serre au monde. « Il y a un gouffre entre le discours du président, notamment à l’étranger, et les actions que son gouvernement entreprend contre la déforestation, explique Joao Talocchi, chargé de campagne climat pour Greenpeace Brésil. Il est grand temps que Lula fasse preuve d’un peu de cohérence et que la protection de l’Amazonie devienne une priorité de son gouvernement ! C’est alors qu’il pourra décemment recevoir des prix ! »

En décembre 2008 en Pologne, lors de la conférence internationale sur le climat, le Brésil s’est engagé à réduire la déforestation. Pourtant, Lula a récemment proposé une loi qui l’accroîtrait gravement en multipliant par deux le pourcentage de forêt qui peut être déboisé dans une propriété.

La prochaine offensive contre l’Amazonie sera la discussion des codes forestiers à la fin de l’année 2009. La proposition des politiciens issus du milieu agro-industriel et du Ministre de l’agriculture, Reinhold Stephanes, prévoit d’affaiblir la législation environnementale existante…

En 2008, le Brésil a lancé le Fonds pour l’Amazonie afin de financer la protection de la forêt. Or, la BNDES, la banque chargée des ressources de ce fonds, a été épinglée dans le dernier rapport de Greenpeace paru en juin, Le massacre de l’Amazonie. Cette banque finance en effet l’expansion de l’élevage bovin et a des parts dans de nombreux abattoirs. L’élevage bovin, qui a explosé ces 10 dernières années au Brésil, est responsable de 80% de la déforestation.

« D’une main, le gouvernement de Lula collecte des fonds destinés à la protection, de l’autre, il encourage et finance des activités destructrices !, s’alarme Joao Talocchi. Il faut mettre fin à ces incohérences tragiques ! »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.greenpeace.org/france/ne...

15 novembre 2019
Francs-tireurs du raisin, les vignerons nature créent un syndicat
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto




Du même auteur       Greenpeace