Monsanto conserve des semences OGM en France

Durée de lecture : 4 minutes

25 janvier 2012 / Confédération paysanne // Midi libre

Malgré le moratoire sur la culture des OGM, Monsanto conserve en France des semences OGM : c’est ce qu’ont découvert la Confédération paysanne et des Faucheurs volontaires qui ont investi l’entrepôt de la firme à Trèbes (Aude), le 24 janvier.


Confédération paysanne

Les ministères de l’environnement et de l’agriculture ont le vendredi 13 janvier réaffirmé qu’ils avaient envoyé un courrier aux semenciers leur demandant de ne pas commercialiser de semences, celles-ci devant être interdites au semis cette année.

Selon les représentants du Ministère de l’écologie, Monsanto se serait engagée à ne pas distribuer d’OGM en France cette année. Le 24 janvier, les Faucheurs Volontaires et les paysans de la Confédération Paysanne l’ont pourtant pris la main dans le sac... de semences d’OGM qu’elle entrepose en grande quantité dans ses locaux de Trèbes, près de Carcassonne.

Lorsque le gouvernement prendra sa clause de sauvegarde fin février, ses sacs de semences transgéniques auront été acheminés légalement dans les fermes aux bord des champs. Personne ne pourra alors empêcher qu’elles soient semées. Les agriculteurs de l’Association Générale des Producteurs de Maïs de la FNSEA ont déjà annoncé des semis précoces et se préparent aussi à semer lorsque la clause de sauvegarde aura été annulée, dès la fin des élections présidentielles. Et de toute façon, le gouvernement n’a pas les moyens d’analyser tous les champs de maïs.

Monsanto n’ayant pas obtenu d’autorisation pour la consommation humaine du pollen de son maïs OGM qui sera inévitablement récolté par les abeilles, tout miel contaminé sera interdit à la vente et détruit comme un déchet toxique suite au jugement de la Cour de Justice de l’Union Européenne.
Les apiculteurs devront déserter toutes les zones de maïs, condamnés par Monsanto et consort, à migrer vers des zones à priori « plus sures ». Mais pour aller où ? Et au nom de l’intérêt de qui ?

Fera-t-on un jour le bilan de ce qu’à déjà couté Monsanto à nos sociétés ?
La Confédération Paysanne demande une fois de plus au gouvernement de ne pas se contenter d’une clause de sauvegarde appuyée sur les mêmes motifs qui ont déjà été invalidés par le Conseil d’État, mais de prendre immédiatement une interdiction de cession, de vente et de culture des semences de maïs MON 810 fondée, comme le veulent les lois françaises et européennes, sur la protection des cultures conventionnelles et sans OGM et de l’apiculture en particulier.


Le site Monsanto de Trèbes investi par la Confédération paysanne et les Faucheurs

Midi Libre

Mardi 24 janvier à l’aube, une centaine de militants de la Confédération paysanne et des Faucheurs volontaires ont investi le site Monsanto, à Trèbes. Venus de tout le Grand-Sud, ils ont aisément franchi le maigre barrage d’une poignée de gendarmes, informés - comme, semble-t-il, la direction locale de Monsanto -, de l’imminence d’une telle opération.

Objectif, explique Michel David, porte-parole audois de la Conf’ : « Faire une inspection citoyenne du centre de conditionnement de semences et dénoncer la présence de semences OGM de Mon 810 ». Une cinquantaine de sacs de 10 kg de semences de maïs, dont les anti-OGM réclament l’interdiction, ont été détruits.

Au-delà, il s’agissait, pour les militants, de « maintenir la pression » sur les pouvoirs publics, après l’annulation par la Cour européenne de justice, puis le Conseil d’État du moratoire décrété par le gouvernement, en février 2008, sur les cultures OGM.

Il y a deux semaines, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, et Bruno Le Maire, son homologue de l’Agriculture, ont reçu les anti-OGM et les ont assurés de leur volonté de s’opposer à de telles cultures, « mais on ne voit toujours rien venir », déplore Jean Sabench, apiculteur catalan et membre de la Conf’.

Face à Jean-Luc Dairien, directeur des territoires et de la mer, et Frédéric Bovet, directeur du cabinet du préfet, venus sur le site à Trèbes, les opposants entendaient obtenir une date précise quant à la signature d’un arrêté ministériel « interdisant la cession, la circulation et la mise en culture » de maïs OGM.

En fin de matinée, la ministre de l’Agriculture a indiqué que « le gouvernement prendra une ’clause de sauvegarde’ avant la fin février pour interdire la mise en culture du Mon 810 avant les semailles, mais pas trop tôt avant, pour que la Commission européenne n’ait pas le temps de la remettre en cause ». Les manifestants ont ensuite, sans incident, quitté le site autour duquel s’étaient massées les forces de gendarmerie.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :
Communiqué de presse de la Confédération paysanne
Midi Libre

Photo : La Dépêche

Lire aussi : Monsanto envahi par des opposants aux OGM

17 décembre 2019
Réparer pour ne plus surconsommer, le boom des Repair Cafés
Alternative
17 janvier 2020
Déterminé, le mouvement social cherche à tenir dans la durée
Reportage
18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage