Montebourg à Ayrault : « Tu fais chier la Terre entière avec ton aéroport de Notre Dame des Landes dont tout le monde se fout »

Durée de lecture : 1 minute

27 mars 2013 / Le Télégramme de Brest




Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg aurait violemment pris à partie le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en décembre 2012, au plus fort de la tension liée au dossier de Florange, sur son aéroport « dont tout le monde se fout ».

C’est une des « bonnes feuilles » de Florange, la tragédie de la gauche, de Valérie Astruc et Elsa Freyssenet, que publie L’Express. Ça se passe en décembre. La tension liée au dossier de la reprise de Florange est très importante. Jean-Marc Ayrault vient de désavouer publiquement Arnaud Montebourg, qui se démenait pour trouver un repreneur pour le site sidérurgique. Le ministre du redressement productif est furieux, et la discussion est décrite par les médias comme « très houleuse ». De fait…

« Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport ! »

« Comment tu as pu taper ainsi sur le repreneur ? s’emporte Montebourg. De quoi j’ai l’air après ce que tu as dit devant les Français ? (…) Dans une situation exceptionnellement grave, j’ai besoin de moyens exceptionnels ! Et toi, t’envoies l’aviation mitrailler tes troupes, c’est ça ? T’es vraiment un chef de guerre ! »

Et d’enchaîner : « Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont tout le monde se fout ! Tu gères la France comme le conseil municipal de Nantes ! »

Réponse d’Ayrault, selon les deux journalistes : « Tu ne m’impressionnes pas du tout ». Avant de conclure en revenant au sujet initial (les ouvriers de Florange seront contents de l’apprendre) : « Je suis désolé, Arnaud, mais il n’a jamais été envisagé de nationaliser ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Le Télégramme de Brest

Photo : Vosges Matin

Lire aussi : Montebourg pour la remise à plat du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes

27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
22 avril 2020
Le gouvernement permet aux préfets de déroger à des normes environnementales
Enquête