Montebourg à Ayrault : « Tu fais chier la Terre entière avec ton aéroport de Notre Dame des Landes dont tout le monde se fout »

Durée de lecture : 1 minute

27 mars 2013 / Le Télégramme de Brest


Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg aurait violemment pris à partie le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en décembre 2012, au plus fort de la tension liée au dossier de Florange, sur son aéroport « dont tout le monde se fout ».

C’est une des « bonnes feuilles » de Florange, la tragédie de la gauche, de Valérie Astruc et Elsa Freyssenet, que publie L’Express. Ça se passe en décembre. La tension liée au dossier de la reprise de Florange est très importante. Jean-Marc Ayrault vient de désavouer publiquement Arnaud Montebourg, qui se démenait pour trouver un repreneur pour le site sidérurgique. Le ministre du redressement productif est furieux, et la discussion est décrite par les médias comme « très houleuse ». De fait…

« Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport ! »

« Comment tu as pu taper ainsi sur le repreneur ? s’emporte Montebourg. De quoi j’ai l’air après ce que tu as dit devant les Français ? (…) Dans une situation exceptionnellement grave, j’ai besoin de moyens exceptionnels ! Et toi, t’envoies l’aviation mitrailler tes troupes, c’est ça ? T’es vraiment un chef de guerre ! »

Et d’enchaîner : « Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont tout le monde se fout ! Tu gères la France comme le conseil municipal de Nantes ! »

Réponse d’Ayrault, selon les deux journalistes : « Tu ne m’impressionnes pas du tout ». Avant de conclure en revenant au sujet initial (les ouvriers de Florange seront contents de l’apprendre) : « Je suis désolé, Arnaud, mais il n’a jamais été envisagé de nationaliser ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Télégramme de Brest

Photo : Vosges Matin

Lire aussi : Montebourg pour la remise à plat du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes

26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir