Non aux pistolets électriques !

22 octobre 2008 / RAIDH

Le RAIDH poursuit sa lutte contre la généralisation du pistolet électrique Taser. Cette arme est commercialisée en France sans qu’aucune étude indépendante ait examiné ses effets.

Le Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme a déposé le samedi 18 octobre à 12 heures une requête en annulation devant le Conseil d’Etat visant le décret du 22 Septembre 2008 autorisant la dotation des policiers municipaux en pistolets à impulsion électrique de la marque Taser. Cette arme, qui adresse une décharge de 50 000 volts, n’a fait l’objet d’aucune étude scientifique indépendante en France et est qualifiée par les Nations unies d’arme de torture.

« Face à la perméabilité dont le Ministère de l’Intérieur a témoigné devant les arguments d’un marchand d’armes aux pratiques désormais connus de tous, la voie juridique nous a semblé être la seule option désormais envisageable pour stopper net la généralisation du Taser en France » regrette RAIDH.

RAIDH demande en conséquence l’annulation du décret du 22 septembre 2008 autorisant potentiellement 17 000 policiers municipaux à être dotés de pistolets à impulsion électrique. L’association est particulièrement préoccupée par le non respect des normes internationales et européennes garantissant le respect des droits de l’homme et l’illégalité manifeste au regard du droit français de ce décret. « En vertu du principe de précaution intégré au Préambule de la Constitution, un moratoire sur la dotation des forces de l’ordre doit être prononcé » ajoute l’association. RAIDH avait déjà saisi le Conseil d’Etat le 19 juillet dernier en vue d’interdire le port de l’arme aux policiers nationaux.

Par ailleurs, RAIDH vient d’apprendre par le greffier du Tribunal de grande instance de Paris que le délibéré du jugement de l’affaire RAIDH contre SMP Technologies pour dénigrement de « l’image et la marque commerciale Taser » (sic) et « dépassement des limites de la liberté d’expression » (re-sic) sera remis au lundi 27 octobre 2008 en lieu et place du lundi 20 octobre prochain prévu jusqu’alors. Aucun motif n’a été rendu public.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Contact : RAIDH, 119, rue du temple 75003 Paris

08.70.24.51.47

raidh@raidh.org
www.raidh.org



23 mai 2019
Face à l’irresponsabilité de M. Macron, décrochons ses portraits
Tribune
22 mai 2019
Européennes : les programmes au crible de l’écologie
Info
22 mai 2019
Animaux, internet libre, décroissance… des « petits » partis en campagne
Enquête