Notre Dame des Landes : Elise et Erwan condamnés par le tribunal, ils font appel

Durée de lecture : 2 minutes

5 mars 2013 / Geneviève Coiffard-Grosdoy



Elise et Erwan avaient manifesté nus contre le projet d’aéroport. Le tribunal de Saint Nazaire les a condamnés à 15 jours de prison avec sursis. Ils font appel.


- Reportage, Saint Nazaire

Petit rassemblement ce mardi 5 mars à 14h devant le tribunal de St-Nazaire, pour le rendu du jugement de nos deux Camille (à barbe et à couettes). Contrairement à l’audience qui avait eu lieu le 12 février, ils n’ont pas souhaité aujourd’hui une très forte mobilisation, sachant que nous sommes pris sur tant de fronts.

Mais les fidèles sont là. Juste devant l’entrée du tribunal, trois confortables fauteuils relax/ chaises longues... et des slogans :

’Nous somm’s venus chercher
La relaxe, la relaxe
tout autre jugement
serait iniquité...’

Plus quelques remarques sur tous ces pharmaciens qui, sans être jamais inquiétés, étalent dans leur devanture des femmes dénudées pour vendre des produits de bronzage cancérigènes...

Arrivent nos deux Camille. Ovationnés, ils entrent dans le tribunal.

C’est très bref, Camille à couettes sort la première, secouée quand même par cette condamnation : ils sont reconnus coupables (on ne sait toujours pas bien de quoi !) et condamnés à 15 jours de prison avec sursis, sans amende (la réquisition était de un mois et 200 euros d’amende).

Puis sortent Maître Le Moigne, et Camille à barbe. L’avocat a immédiatement interjeté appel. L’audience aura lieu à Rennes avec un délai de l’ordre de six mois.

’En appel on aura
La relaxe, la relaxe...’

.................................

Note :

Selon Ouest-France, l’avocat d’Erwan et Elise, Me Erwan Lemoigne, a indiqué qu’il faisait aussitôt appel de cette décision. « Nous avons apporté la preuve que le délit n’est pas constitué sur le plan juridique. Espérons que la juridiction rennaise aura un peu plus de recul car il est clair qu’à Saint-Nazaire le rapport de force n’est pas en faveur des militants. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Geneviève Coiffard-Grosdoy pour Reporterre

Lire aussi : Le récit du procès le 12 février : Le procès de la liberté

27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
26 mai 2020
Les salariés de l’automobile veulent croire à une relance écologique du secteur
Info




Du même auteur       Geneviève Coiffard-Grosdoy