Notre Dame des Landes : à Bellevue, la bataille continue

Durée de lecture : 1 minute

4 avril 2013 / Copain 44




Plus de deux mois que les paysans du Copain (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d’aéroport) 44 et des autres départements, les membres des comités de soutien et les zadistes occupent et protègent la Ferme de Bellevue !

Le jeudi 28 mars, par le rendu du jugement du deuxième référé déposé par AGO Vinci, le Tribunal d’Instance de Saint Nazaire condamnait les huit paysannes et paysans déclarés résidents à la ferme de Bellevue, à l’expulsion immédiate de la maison d’habitation de la ferme, sous astreinte de 50 euros par jours et par personne.

Après avoir déclaré ne plus résider dans la maison de la ferme de Bellevue, les huit ont rejoint les 10 précédents en procédure d’appel. Ce sont donc, aujourd’hui 18 paysannes et paysans du Copain 44 qui sont poursuivis en justice par AGO Vinci.

Dès le 1er avril, neuf nouveaux paysans et paysannes se sont déclarés occupants des bâtiments et exploitants des terres de la ferme de Bellevue depuis le 28 mars 2013.

Les bâtiments agricoles de la ferme n’étant pas concernés par les deux précédents jugements, si le concessionnaire AGO Vinci persiste à vouloir expulser les occupants, il devra passer par une nouvelle procédure auprès du Tribunal de Grande Instance de Saint Nazaire.

Les paysans du Copain 44 et autres réaffirment, par cette occupation de l’ensemble de la ferme de Bellevue, leur volonté d’empêcher toute démolition ou saccage de terres sur l’ensemble de la Zad, de garantir la pérennisation des fermes en place et préserver le potentiel d’installation de nouveaux paysans lorsque ce projet inutile et
destructeur sera enfin abandonné.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Courriel à Reporterre du COPAIN 44

Photo : Saint-Nazaire Infos

Consulter par ailleurs le DOSSIER : Notre Dame des Landes

27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête
28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune