Faire un don
28372 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
35 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Notre Dame des Landes : jugés pour avoir scotché des affiches

Durée de lecture : 2 minutes

15 janvier 2013 / Solen et Cédric

Deux citoyens seront jugés mercredi 16 janvier à Paris. Leur délit : avoir collé des affiches contre le projet d’aéroport Notre Dame des Landes sur une permanence PS et l’avoir taggé. Affaire suffisamment grave pour avoir été suivie par un service anti-terroriste.


Bonjour à toutes/tous,

Vous le savez peut-être déjà : MERCREDI 16 JANVIER AU MATIN AURA
LIEU NOTRE PROCÈS.

NOUS - CÉDRIC ET SOLEN - ALLONS ÊTRE JUGÉS POUR
« GRADATIONS LÉGÈRES DE BIEN PRIVÉ ENUNION », à savoir des
slogans contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes
écrits au Posca et quelques affiches collées au scotch sur le mur de
la permanence PS du 12e arrondissement de Paris.

NOUS SOMMES ÉGALEMENT
JUGÉS POUR « REFUS DE PRÉLÈVEMENT BIOLOGIQUE » parce que nous avons
refusé de donner notre ADN pendant la garde à vue.

Suite à notre arrestation en « flagrant-délit » le 15 novembre
2012, nous avons été privés de liberté pendant 62 heures (48h de
garde à vue et 14h de cellule au Tribunal). Nous avons également subis
des perquisitions de nos domiciles avec saisie de nos ordinateurs et
téléphones portables, ainsi que des documents personnels.

Téléphones
portables qui ne nous ont pas été rendus depuis, et ordinateurs dont
les contenus ont été totalement téléchargés par le Service
d’Investigation Transversale.

La disproportion entre les faits reprochés et le traitement subi
montre l’instrumentalisation de cette affaire par le gouvernement
socialiste. Nous avons également appris que notre dossier était passé
par les services de l’antiterrorisme, ce qui montre que tous les faits
liés à Notre-Dame-des-Landes sont considérés comme des affaires
d’Etat. Avant même l’audience, cette histoire est d’ores et déjà
aberrante au vu de la réponse de la police aux faits.

Pour montrer votre soutien, vous indigner, montrer votre émoi,
défendre la liberté d’expression, vous lever face à la répression,
discuter, ou encore connaitre l’issue du procès,

LE RDV EST À 8H30 AU
TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS où se tiendra l’audience à 9h (À
LA 24e CHAMBRE).

Il est bien entendu demandé à toutes les personnes
qui le peuvent d’être présentes mais également de proposer le
rendez-vous aux ami-e-s présent-e-s à Paris ou proche banlieue.

Je sais que ce mail n’arrivera pas seulement dans des boites aux
lettres parisiennes, et tant mieux. La première chose que nous pouvons
faire où que nous soyons est d’en parler, de témoigner, de faire
connaître ce type d’affaires - qui malheureusement deviennent presque
normales- en transférant ce mail à quelques-uns de vos contacts par
exemple.

Enfin, vous pouvez lire le témoignage de notre fabuleux
week-end en entier ici,
écrit par Cédric.

En espérant vous voir nombreu-x-ses mercredi,

La lutte continue !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Consulter par ailleurs le DOSSIER Notre Dame des Landes

7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info
7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage