Notre Dame des Landes : jugés pour avoir scotché des affiches

Durée de lecture : 2 minutes

15 janvier 2013 / Solen et Cédric

Deux citoyens seront jugés mercredi 16 janvier à Paris. Leur délit : avoir collé des affiches contre le projet d’aéroport Notre Dame des Landes sur une permanence PS et l’avoir taggé. Affaire suffisamment grave pour avoir été suivie par un service anti-terroriste.


Bonjour à toutes/tous,

Vous le savez peut-être déjà : MERCREDI 16 JANVIER AU MATIN AURA
LIEU NOTRE PROCÈS.

NOUS - CÉDRIC ET SOLEN - ALLONS ÊTRE JUGÉS POUR
« GRADATIONS LÉGÈRES DE BIEN PRIVÉ ENUNION », à savoir des
slogans contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes
écrits au Posca et quelques affiches collées au scotch sur le mur de
la permanence PS du 12e arrondissement de Paris.

NOUS SOMMES ÉGALEMENT
JUGÉS POUR « REFUS DE PRÉLÈVEMENT BIOLOGIQUE » parce que nous avons
refusé de donner notre ADN pendant la garde à vue.

Suite à notre arrestation en « flagrant-délit » le 15 novembre
2012, nous avons été privés de liberté pendant 62 heures (48h de
garde à vue et 14h de cellule au Tribunal). Nous avons également subis
des perquisitions de nos domiciles avec saisie de nos ordinateurs et
téléphones portables, ainsi que des documents personnels.

Téléphones
portables qui ne nous ont pas été rendus depuis, et ordinateurs dont
les contenus ont été totalement téléchargés par le Service
d’Investigation Transversale.

La disproportion entre les faits reprochés et le traitement subi
montre l’instrumentalisation de cette affaire par le gouvernement
socialiste. Nous avons également appris que notre dossier était passé
par les services de l’antiterrorisme, ce qui montre que tous les faits
liés à Notre-Dame-des-Landes sont considérés comme des affaires
d’Etat. Avant même l’audience, cette histoire est d’ores et déjà
aberrante au vu de la réponse de la police aux faits.

Pour montrer votre soutien, vous indigner, montrer votre émoi,
défendre la liberté d’expression, vous lever face à la répression,
discuter, ou encore connaitre l’issue du procès,

LE RDV EST À 8H30 AU
TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS où se tiendra l’audience à 9h (À
LA 24e CHAMBRE).

Il est bien entendu demandé à toutes les personnes
qui le peuvent d’être présentes mais également de proposer le
rendez-vous aux ami-e-s présent-e-s à Paris ou proche banlieue.

Je sais que ce mail n’arrivera pas seulement dans des boites aux
lettres parisiennes, et tant mieux. La première chose que nous pouvons
faire où que nous soyons est d’en parler, de témoigner, de faire
connaître ce type d’affaires - qui malheureusement deviennent presque
normales- en transférant ce mail à quelques-uns de vos contacts par
exemple.

Enfin, vous pouvez lire le témoignage de notre fabuleux
week-end en entier ici,
écrit par Cédric.

En espérant vous voir nombreu-x-ses mercredi,

La lutte continue !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Consulter par ailleurs le DOSSIER Notre Dame des Landes

19 juillet 2019
Contre le G7, arme de séduction massive pour imposer le capitalisme
Tribune
19 juillet 2019
Sans vergogne, la publicité exploite le filon écolo
Info
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage