Notre Dame des Landes : les présidents esquivent, la grève continue

Durée de lecture : 2 minutes

27 avril 2012 / Comité de soutien aux grévistes de la faim


Communiqué de presse du jeudi 26 avril : réponse au courrier des présidents des 3 collectivités locales (CG, CR et NM) et réponse à AGO/Vinci

Le mouvement de grève de la faim en est à son 16e jour ; les 4 grévistes sont suffisamment en forme pour poursuivre l’action ; ils notent que les bruits de la ville les dérangent beaucoup plus dans leur sommeil que celui des avions au-dessus de Nantes et sont heureux que les élus nantais se soient enfin aperçus qu’ils existaient !

Une lettre des présidents des 3 collectivités locales est arrivée le mercredi 25 avril en soirée, en réponse à celle envoyée par le Collectif d’élu-e-s le 19 avril, dans laquelle il leur était demandé de se positionner sur les 2 revendications des grévistes et de leur comité de soutien (arrêt des expropriations/expulsions tant que tous les recours juridiques ne sont pas jugés et ré-examen du dossier à la lumière des éléments nouveaux) ; un entretien avec les grévistes était également demandé. Aucune réponse satisfaisante n’a été donnée ! Nous ne pouvons que constater leur très grande ignorance du dossier tant sur les dossiers d’expropriations que sur les multiples procédures juridiques en cours ou à venir, notamment concernant l’application de la Loi sur l’Eau et des compensations environnementales obligatoires. Nous ne saurons qu’à la mi-juin si la question prioritaire de constitutionnalité posée est retenue ou pas. Nous renouvelons donc nos 2 exigences pré-citées avec l’appui de José Bové, présent à nos côtés ce matin, pour qui il n’y a ni vainqueurs ni vaincus si le Droit est respecté.

Concernant les déclarations d’AGO/Vinci à la presse, nous contestons les chiffres donnés ! Suite à l’enquête parcellaire, ce sont bien 577 propriétaires qui sont à exproprier dont une petite centaine seulement a signé à l’amiable. Les paysans qui refusent cet accord amiable représentent 60% du groupe des paysans les plus impactés et sont établis sur des lieux stratégiques du projet. Il reste à exproprier 600ha et 8 exploitants regroupés autour des propriétaires. Nous rappelons aussi que pour nous, c’est bien le projet initial figurant dans la Déclaration d’Utilité Publique qui prévaut toujours et non pas le projet revu à la baisse (pistes moins longues et moins larges, pas de taxiways, etc…) présenté par AGO/Vinci ces derniers mois.

Nous savons bien que ce sont l’Etat et les collectivités territoriales qui sont habilités à donner une réponse à nos exigences et c’est pour cela qu’une délégation s’est rendue à Paris ce jour pour déposer une lettre au QG de campagne des 2 candidats à l’élection présidentielle leur demandant, une nouvelle fois, de se positionner sur les revendications des grévistes et de pouvoir s’entretenir avec eux personnellement lors de leur passage en région la semaine prochaine.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Acipa

Photo : Ouest-France

Lire aussi : Notre Dame des Landes : un quatrième gréviste de la faim

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
18 octobre 2019
La colonisation du monde par les fleurs, une histoire mystérieuse
À découvrir
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info




Du même auteur       Comité de soutien aux grévistes de la faim