Notre Dame des Landes : les gendarmes se déguisent en « opposants »

Durée de lecture : 1 minute

27 novembre 2012 / Ouest France



Des gendarmes déguisés en opposants ! Les violences attribuées à ceux-ci ne sont-elles pas le fait de provocateurs policiers ?


Les forces de l’ordre sont intervenues, lundi après-midi 27 novembre, sur une barricade qui barrait une route départementale, entre La Paquelais et Fay-de-Bretagne, au niveau du Sabot.

Une dizaine de gendarmes déguisés en opposants, habillés de vêtements boueux, étaient infiltrés sur la barricade, et ont sorti des bandeaux « gendarmerie » au moment de l’assaut.

Les forces de l’ordre ont utilisé des grenades lacrymogènes, les opposants répliquant par des jets de pierres, de bouteilles en verre, de fusées de détresse. Quatre opposants ont été interpellés et un gendarme blessé à la tête. Une autre barricade a également été détruite.

Ces opérations, selon la préfecture, étaient un préalable à l’ouverture de négociations sur le départ des militaires. La coordination des opposants et la préfecture négocient un retrait des forces de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes. Les anti-aéroport en font un préalable au dialogue proposé par le Premier ministre.

(...)



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Ouest-France

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes

25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Alternatives
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête
27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête




Du même auteur       Ouest France