Notre-Dame-des-Landes : un quatrième gréviste de la faim

Durée de lecture : 2 minutes

26 avril 2012 / Comité de soutien aux grévistes de la faim




Communiqué de presse du mardi 25 avril : arrivée de nouveaux grévistes et suite des actions

Au 15e jour de grève de la faim, les grévistes et leur comité de soutien sont plus déterminés que jamais à poursuivre leur action devant le mépris et le silence des décideurs politiques. La santé des grévistes sera-t-il le seul critère qu’ils prendront en compte pour faire un premier pas vers nous ?

L’arrivée de Séverine Durand, paysanne boulangère, porte à 4 le nombre de grévistes poursuivant le mouvement ; par ailleurs Françoise Verchère, représentant le Collectif d’élu-e-s (CéDpa) dans ce mouvement de grève de la faim, est relayée par Gilles Denigot, membre fondateur de ce collectif et ex-conseiller général. Ces élus rappellent qu’ils ont autant de légitimité que ceux qui sont installés aux commandes des collectivités locales.

La réunion ayant eu lieu ce jour avec des conseillers généraux – paysans élus – a été des plus décevantes : réunion non officielle hors des locaux du Conseil général de Loire-Atlantique, refus de la présence de deux paysans de Notre Dame des Landes, absence du conseiller général en charge du dossier « Gestion du Territoire », etc… La solidarité de parti reste primordiale ; ils refusent de se prononcer sur les deux revendications des grévistes (Arrêt des expropriations/expulsions tant que les recours juridiques n’ont pas été jugés et ré-examen du dossier), mais répètent qu’il faut maintenir le dialogue malgré tout…

Jeudi 26 avril, une délégation du comité de soutien monte à Paris pour remettre une seconde lettre aux candidats à la Présidentielle leur demandant de se positionner sur les deux points précités et exiger un rendez-vous avec les candidats eux-mêmes dans les meilleurs délais ; nous savons qu’ils viennent en région Pays de la Loire début mai ; ils devront nous recevoir ! Lors de meetings, nous avons entendu François Hollande dire : «  Je veux parler aux agriculteurs qui luttent pour leur outil de travail » et Nicolas Sarkozy : « Je veux parler aux […] ruraux qui ne veulent pas mourir ». Les paysans de Notre Dame des Landes les ont entendus ! Nous sommons les candidats d’appliquer ces belles paroles !

Les soutiens continuent d’affluer très massivement ces derniers jours : citoyens, associations, syndicats, mouvements politiques et collectifs divers se mobilisent partout en France et nombreux sont les Nantais qui viennent nous exprimer leur soutien.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Acipa

Lire aussi : Les grévistes de la faim sont alités

25 mai 2020
Pour éviter les pandémies, cessons l’élevage industriel
Tribune
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Enquête
23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune




Du même auteur       Comité de soutien aux grévistes de la faim