Occupation burlesque de l’aéroport de Nantes

Durée de lecture : 2 minutes

9 août 2009 / Camp Action Climat

Dans le cadre de la Semaine de la résistance au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, un joyeux collectif a envahi l’aérodrome de Nantes-Atlantique.

Samedi 8 août 2009 à 11h00, des individuEs du Camp Action Climat ont mené une action théâtrale et festive d’alerte climatique à l’aéroport de Nantes Atlantique. L’aggravation des dérèglements climatiques par un trafic aérien en constante augmentation a été pointée du doigt.

Cette action menée dans le cadre du camp action Climat vient soutenir la lutte locale contre le projet du nouvel aéroport à Notre Dame des Landes. Outre l’absurdité même de son existence en une époque d’épuisement du pétrole et de crise climatique, ce projet présente une démesure ahurissante.

Un voyageur bouleversé a donné le signal en prenant le micro dans le hall de l’aéroport pour clamer son désarroi. A ce message, d’autres voyageur-E-s ont décidé de renoncer eux aussi à leur vol : une plage s’improvise, des musiciens jouent, d’autres organisent un foot. Un camp de réfugiés climatiques s’établit, un doux parfum de paille envahit l’aéroport se mélangeant aux odeurs de pique-nique. Un dialogue entre activistes et voyageurs s’instaure tandis qu’un cortège de vélorutionnaires arrive du camp afin de renforcer la présence des opposantEs au sein des halls d’embarquement. Trois heures durant, la douce folie des activistes, parfois clownesques, a su faire oublier celle, plus amère, des décideurs et des bétonneurs.

Cette journée d’actions de masse concrétise un des piliers du réseau international des camps climat : la résistance aux « crimes climatiques » par l’action directe créative non-violente. Elle n’est que l’une des initiatives prises aujourd’hui contre le projet d’aéroport et présage de la suite de la lutte locale. Elle est également un aperçu des mobilisations, manifestations et blocages qui vont se mettre en place dans le cadre du sommet sur le changement climatique de Copenhague de décembre 2009.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://nantes.indymedia.org/article...

Lire aussi : A Nantes, des tritons, pas des avions ! http://www.reporterre.net/spip.php?...

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
27 juillet 2019
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info
20 juillet 2019
Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant
Enquête




Du même auteur       Camp Action Climat